NOUVELLES
19/11/2013 03:51 EST | Actualisé 18/01/2014 05:12 EST

Alerte à la pénurie alimentaire aux Philippines

L'organisation de l'ONU pour l'agriculture et l'alimentation (FAO) lance l'alerte : au moins 2,5 millions de personnes aux Philippines ont besoin d'un soutien alimentaire. Et si les cultures de riz ravagées par le typhon Haiyan ne sont pas immédiatement resemées, l'insécurité alimentaire risque de s'installer à long terme, prévient-elle.

En plus de craindre pour les nombreux stocks de riz, l'organisation s'inquiète des dommages causés dans la partie centrale du pays, où la principale récolte n'était pas encore rentrée. Le typhon a aussi interrompu les semis de la campagne secondaire, qui devait s'achever fin décembre

Selon la FAO, les régions les plus touchées assuraient un tiers de la production nationale de riz.

« Les premières estimations montrent que des centaines de milliers d'hectares de riz et d'autres cultures fondamentales comme la noix de coco ont été touchés par le typhon », a alerté le directeur de la Division des situations d'urgence et de la réhabilitation de la FAO, Dominique Burgeon.

« Si nous voulons éviter que des régions entières soient dépendantes de l'aide alimentaire, il nous faut agir sans délai pour aider les familles vulnérables à semer ou resemer d'ici fin décembre », a-t-il ajouté.

Le tiers des Philippins en attente

En attendant, au moins 600 000 survivants philippins n'ont toujours reçu aucune aide. Selon ses estimations, le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies annonce avoir aidé jusqu'à maintenant les trois quarts des Philippins ayant survécu au passage du typhon Haiyan, il y a maintenant 11 jours.

En conférence de presse à Manille, la capitale, la directrice générale du PAM, Ertharin Cousin, a évalué que 2,5 millions de personnes avaient été touchées par l'ouragan, qualifiant ce nombre de « prudent ». Un peu moins de 2 millions de ces sinistrés ont reçu du riz et des biscuits énergétiques. Les autres doivent prendre leur mal en patience.

Des « défis géographiques » lié à la configuration de l'archipel et aux infrastructures engorgées compliqueraient les opérations.

« Nous rencontrons un défi, mais nous ne sommes pas dépassés, et nous continuons d'accomplir le travail nécessaire pour satisfaire les besoins de la communauté philippine », a assuré Mme Cousin.

Haiyan, l'un des plus puissants typhon à avoir jamais touché terre, a frappé les îles du centre des Philippines le 8 novembre, faisant approximativement 4000 morts.

Les dégâts sont estimés à 5,7 milliards de dollars américains par le gouvernement philippin.

Une zone spécifique pour chaque pays

Par ailleurs, le gouvernement philippin va assigner à des zones spécifiques les aides internationales reçues à la suite du passage du typhon Haiyan.

« Nous comptons demander à la marine britannique de se concentrer sur la région des Visayas occidentales pour y distribuer de la nourriture, de l'eau et des denrées aux plus petites îles », a expliqué le lieutenant-général Roy Deverturda, le commandant militaire des Visayas, la région la plus touchée.

« Les Américains se trouvent déjà à Samar et Leyte, tandis que des médecins et des équipes de secours israéliennes sont vers la pointe nord de Cebu », a-t-il précisé.

Une cinquantaine de navires et d'avions américains, menés par le porte-avion USS George Washington, ont été mobilisés, et l'USS Freedom, un navire de combat destiné à voguer dans les eaux côtières, est arrivé dans le sultanat voisin de Brunei.

Le Canada, lui, a déployé l'Équipe canadienne d'intervention en cas de catastrophe (DART) des Forces canadiennes. Le gouvernement Harper a également annoncé le versement d'une aide de 20 millions de dollars.

L'ONU a exprimé lundi ses craintes quant à une aggravation de la crise humanitaire aux Philippines alors que certaines régions enclavées du pays demeurent toujours inaccessibles.

PLUS:rc