NOUVELLES
18/11/2013 05:27 EST | Actualisé 18/01/2014 05:12 EST

Gaz de schiste: la cour rejette l'injonction contre la prospection gazière au Nouveau-Brunswick

Radio-Canada

La cour au Nouveau-Brunswick a rejeté, lundi après-midi, la demande d'injonction de la Première Nation d'Elsipogtog, qui réclame l'arrêt immédiat de la recherche de gaz de schiste dans la province.

Dans sa décision, la juge affirme qu'il n'y a aucun risque irréparable sur une terre pendant la phase d'exploration. Elle estime que la compagnie et le gouvernement n'ont pas brimé les droits des Autochtones à s'exprimer.

La juge croit en outre que l'argument du risque de la violence devrait arrêter d'être au centre de la controverse.

La première réaction des Autochtones à ce jugement en est une de désarroi et de mécontentement. Ils ajoutent que la lutte n'est pas finie.

Les Autochtones affirmaient qu'ils n'avaient pas officiellement cédé leurs terres à la Couronne, ce qui rendait invalides les permis que le gouvernement a accordés à l'entreprise SWN Ressources. Selon eux, la province aurait donc été obligée, en vertu des traités ancestraux, de négocier avec la communauté d'Elsipogtog, qui n'est pas satisfaite du processus.

Dans sa demande d'injonction, la communauté micmaque disait aussi craindre une nouvelle explosion de violence, comme l'affrontement survenu à Rexton le 17 octobre.

Pour sa part, SWN Resources soutenait qu'elle n'enfreignait aucune règle en effectuant des tests sismiques.

L'avocat de SWN Ressources a soutenu que chaque jour de retard dans les travaux coûtait 54 000 $ à l'entreprise. SWN souhaiterait terminer ses travaux sismiques d'ici la fin du mois. Elle n'a toutefois pas effectué de test depuis trois jours.

À chaque pas de l'entreprise, les opposants sont présents et ne lâchent pas prise. Selon de nombreux militants, la victoire est à portée de main. « Aussitôt qu'il y a quelque chose qui se passe, on arrête, on le tue dans l'oeuf au fond. Ça fait que je me dis, c'est comme ça qu'on va. On n'a pas gagné la guerre, mais on gagne lentement des batailles », affirme Nicole Richard, du groupe Notre environnement, notre choix.

Le gouvernement compte sur le gaz de schiste, entre autres, pour relancer l'économie du Nouveau-Brunswick. Le premier ministre, David Alward, évoque plus ouvertement que jamais ses craintes de voir partir l'entreprise SWN en raison de l'opposition. Selon lui, l'avenir même de la province sera en jeu si les ressources comme le gaz naturel ne sont pas exploitées.

Fracturation hydraulique: les pour et les contre

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.