NOUVELLES
16/11/2013 07:15 EST | Actualisé 16/01/2014 05:12 EST

Maldives: le frère de l'ex-homme fort du pays est élu président au second tour

MALÉ, Maldives - Les électeurs des Maldives ont choisi le frère de l'ancien homme fort de la nation comme nouveau président, plutôt que le premier leader démocratiquement élu, lors d'un second tour très serré, samedi.

Yaamin Abdul Gayoom a obtenu 51,39 pour cent des voix, selon les résultats fournis par la Commission électorale. M. Gayoom est le frère de l'ancien autocrate Maumoon Abdul Gayoom, qui a dirigé cette nation de l'océan Indien pendant 30 ans.

Mohamed Nasheed, qui fut élu président lors du premier scrutin multipartite, en 2008, mais qui a démissionné l'an dernier dans la foulée de manifestations, a pour sa part mordu la poussière avec 48,61 pour cent des votes.

M. Nasheed menait pourtant avec 47 pour cent des intentions de vote à l'issue du premier tour, la semaine dernière, contre 30 pour cent pour M. Gayoom. Le deuxième tour était devenu nécessaire parce qu'aucun candidat n'avait atteint le seuil de 50 pour cent.

M. Gayoom a amélioré son résultat en attirant les partisans de Qasim Ibrahim, un propriétaire de centre de villégiature, qui a terminé en troisième place, la semaine dernière, à 23 pour cent. M. Ibrahim avait obtenu ses appuis auprès des musulmans conservateurs, qui ont accusé M. Nasheed de saper l'islam en raison de ses relations amicales avec Israël et les nations occidentales.

Si M. Nasheed était le favori, il a éventuellement perdu son élan, en raison, entre autres, de longs délais électoraux.

Après que sa victoire eut semblé évidente, M. Gayoom a déclaré à des journalistes que les Maldiviens avaient décidé ce qui était le mieux pour eux, et a demandé à la communauté internationale de respecter leur choix.

Son adversaire a concédé la victoire et a dit qu'il ne contesterait pas les résultats.

Les Maldives s'étaient avérées incapables d'élire un président en trois tentatives depuis septembre, soulevant des craintes, au sein de la communauté internationale, que la démocratie chancelante pourrait retomber dans un gouvernement autoritaire.

M. Nasheed avait reçu 45 pour cent des votes lors de l'élection du 7 septembre, mais ce résultat a été annulé par la Cour suprême après que M. Ibrahim se fut plaint que la liste électorale contenait des noms inventés et ceux de personnes décédées.

PLUS:pc