DIVERTISSEMENT
16/11/2013 04:32 EST | Actualisé 16/01/2014 05:12 EST

Le fabricant français de pianos Pleyel met fin à 206 ans d'histoire

ASSOCIATED PRESS
A Pleyel piano is displayed in a piano store, in Paris, Saturday, Nov. 16, 2013. Gone are its glory days, when Chopin composed concertos on its pianos. France?s Pleyel piano maker is shutting its doors, unable to keep up with cheaper and more agile competition. (AP Photo/Thibault Camus)

PARIS - Les jours de gloire du piano sont terminés: le fabricant français de pianos Pleyel ferme ses portes, incapable d'égaler la concurrence, moins chère mais plus souple.

Après 206 années d'histoire et plus de 250 000 pianos, il ne lui restait plus que 14 employés. Le fabricant de Saint-Denis, au nord de Paris, a annoncé cette semaine qu'il fermait en raison «des pertes récurrentes et d'un très bas niveau d'activité».

Comme beaucoup d'industries que l'Europe a déjà dominées, le marché du piano s'est déplacé vers l'Orient, est devenu plus abordable et électronique.

Une étude menée par la firme américaine ResearchMoz révèle que la Chine est le plus grand producteur et consommateur mondial de pianos, dont beaucoup sont électroniques et ont été achetés à bas prix.

La compagnie a été fondée en 1807 par Ignaz Pleyel, un compositeur et éditeur de musique qui a étudié avec Franz Joseph Haydn.

La manufacture est devenue chef de file en matière d'innovation acoustique dans ses beaux jours. Elle a conçu des pianos spécialement pour Chopin, Lizst, Ravel et Stravinsky.

«Quand je me sens assez énergique et fort pour trouver mon propre son, j'ai besoin d'un piano Pleyel», disait Chopin, qui touchait une commission en promouvant les instruments.

Les pianos Pleyel ont déjà été des pièces centrales dans les plus grands salons de Paris et autres résidences royales, comme chez Joséphine, la première femme de Napoléon.

Les 100 dernières années ont toutefois été plus difficiles pour Pleyel, qui a changé de direction à répétition et accusé une baisse de production importante: seulement 20 instruments ont été fabriqués l'an dernier.

Le président de l'entreprise, Bernard Roques, a affirmé qu'il cherchait des options pour faire faire revivre la marque Pleyel, en s'associant avec une vedette de la musique par exemple, ou en déménageant pour continuer à produire quelques pièces haut de gamme.