NOUVELLES
15/11/2013 01:56 EST | Actualisé 15/01/2014 05:12 EST

Une première équipe médicale canadienne se met à l'oeuvre dans un camp d'évacués

OTTAWA - Une première équipe médicale canadienne mettra la main à la pâte samedi dans la région de Pilar, aux Philippines.

Les militaires canadiens continuent d'arriver cette semaine aux Philippines où a sévi le typhon Haiyan. Les premiers arrivés en sont à établir leur campement dans la ville de Roxas. Mais une petite équipe médicale pourra offrir des soins dès samedi, dans un camp d'évacués, à l'est de la ville.

«Je suis heureux d'annoncer que demain, à notre heure, nous sortirons la première équipe médicale mobile qui ira à un des centres d'évacuation où nos partenaires des ONG ont noté un besoin important d'attention médicale», a dit le lieutenant-colonel Walter Taylor, lors d'un appel téléphonique à l'intention des médias canadiens, vendredi matin. M. Taylor supervise l'intervention canadienne sur place.

Un troisième avion militaire canadien devait quitter vendredi soir la base de Trenton, en Ontario, avec de l'équipement de purification d'eau. Les militaires canadiens prévoient maintenir leurs allers-retours entre le Canada et les Philippines à un avion aux deux jours, jusqu'à nouvel ordre. Vendredi matin, ils étaient déjà 118 Canadiens sur place et 70 en route.

Selon le lieutenant-colonel Taylor, le défi consiste maintenant à acheminer l'aide aux sinistrés.

«Ce qui est le plus urgent, c'est l'accès aux communautés, dit-il. L'aide entre au pays mais l'aide commence à s'entasser (aux aéroports) parce qu'elle ne peut pas être distribuée.»

Il a rappelé que le pays, un archipel, compte beaucoup de communautés difficiles d'accès.

Par ailleurs, au moins 55 Canadiens manquent toujours à l'appel. Les autorités de l'ambassade canadienne à Manille ont réussi à rejoindre 132 des 187 Canadiens dont les familles ont demandé de l'aide. Mais ils étaient 330 citoyens canadiens inscrits comme voyageant dans la région touchée par le typhon. On ne sait pas si on doit s'inquiéter des 143 individus pour lesquels personne n'a contacté les autorités canadiennes.

PLUS:pc