NOUVELLES
15/11/2013 11:04 EST | Actualisé 15/01/2014 05:12 EST

Sommet du G20 : un policier acquitté

Un policier de Toronto a été acquitté d'une accusation d'inconduite découlant de la détention d'un cycliste lors de la fin de semaine tumultueuse du Sommet du G20, en juin 2010.

Une audience disciplinaire en vertu de la Loi sur les services policiers a déterminé que l'agent Ryan Simpson avait agi de façon raisonnable et légale en arrêtant, menottant, fouillant et en installant Nicholas Wright à l'arrière d'une autopatrouille.

Le jugement, annoncé vendredi, indique que M. Wright correspondait à la description des gens ayant fracassé des fenêtres et allumé des feux lors de manifestations, la veille.

Le document souligne également que M. Wright transportait un conteneur en métal dans son sac à dos, et estime que l'utilisation des menottes était raisonnable jusqu'à ce que le sac à dos soit fouillé.

La décision mentionne par ailleurs que M. Wright, qui a été libéré après environ 19 minutes, avait été détenu, mais pas arrêté lorsque son sac à dos était fouillé.

Aux dires du jeune homme, la décision est un exemple additionnel de l'échec de tenir pour responsables les politiciens et les policiers pour ce qu'il qualifie d'« arrestations de masse répandues anticonstitutionnelles » effectuées lors du Sommet du G20.

« La conclusion selon laquelle l'agent en cause n'a pas effectué d'arrestation défie le bon sens », a-t-il dit par voie de communiqué. « Selon moi, la loi n'a pas été appliquée correctement et je prévois porter cette décision en appel », a ajouté M. Wright.

« L'agent mis en cause a admis, lors de son contre-interrogatoire, qu'il avait arrêté trois autres personnes, la même journée, parce qu'elles portaient des sacs à dos et des foulards, et que deux supérieurs lui avaient ordonné d'arrêter tous ceux habillés de façon similaire », a-t-il ajouté.

La détention de M. Wright est survenue le 27 juin 2010, au lendemain de l'éruption de la violence au centre-ville de Toronto, lorsque des vandales s'étant mélangés avec des manifestants ont commis plusieurs méfaits.

L'agent Simpson a maintenu qu'il avait arrêté M. Wright pour avoir circulé rapidement entre deux voies de voitures. Il a dit avoir alors noté que le cycliste portait un foulard et des lunettes de plongée autour de son cou, qu'il portait un sac à dos et qu'un grand groupe d'autres cyclistes se situait à proximité.

La Presse Canadienne

PLUS:rc