NOUVELLES
15/11/2013 02:51 EST | Actualisé 14/01/2014 05:12 EST

Nathalie Normandeau quitte la firme Raymond Chabot Grant Thornton

L'ex-ministre libérale et ex-députée de Bonaventure Nathalie Normandeau quitte la firme Raymond Chabot Grant Thornton, où elle travaillait depuis mai 2012. Dans un communiqué, la firme indique que la décision a été prise d'un commun accord.

« Je profiterai de ce moment d'arrêt pour me permettre un temps de réflexion afin de me donner le recul nécessaire pour faire le point sur ma carrière professionnelle, a indiqué l'ancienne ministre. Mes objectifs : explorer de nouveaux secteurs d'activités et acquérir des compétences supplémentaires. Je suis heureuse d'avoir pu intégrer le secteur privé au sein d'une équipe comme celle de Raymond Chabot Grant Thornton. Je tiens d'ailleurs à remercier personnellement tous ceux et celles avec qui j'ai eu l'occasion de travailler pour la confiance qu'ils m'ont témoignée. »

Mme Normandeau occupait le poste de vice-présidente développement stratégique au sein de la firme d'experts-comptables. Selon une source proche de Nathalie Normandeau, l'ancienne ministre aurait simplement envie de « voir autre chose ».

« Elle a, bien sûr, très hâte de voir son nom cesser d'être associé à tout ce qui entoure l'UPAC [Unité permanente anticorruption], mais au regard de son départ, il s'agit plutôt d'une réflexion personnelle amorcée il y a quelques mois déjà. C'était son premier poste au privé après la politique, dans une firme d'experts-comptables et de fiscalistes... Elle a adoré l'équipe et les défis, mais a maintenant envie de voir autre chose. »

Une activité de financement sous la loupe

Nathalie Normandeau a fait la manchette en octobre, lorsque le DGE a déposé des constats d'infraction dans une affaire de prête-noms où les fonds recueillis ont servi à la circonscription de Bonaventure, qu'elle représentait en 2008. Le DGE avait cependant dû préciser que l'activité de financement n'avait pas servi à son « bénéfice personnel ».

On a appris par la suite que lors d'une perquisition menée à la permanence du Parti libéral, en juillet dernier, l'UPAC s'intéressait plus particulièrement à une activité de financement de l'ancienne vice-première ministre Normandeau, qui avait eu lieu le 9 octobre 2008 au restaurant Louis-Hébert de Québec.

Mme Normandeau a aussi été éclaboussée par des allégations de l'ex-entrepreneur Lino Zambito, lors du témoignage de ce dernier devant la commission Charbonneau. L'ancien entrepreneur avait notamment affirmé lui avoir offert des billets de spectacles et 40 roses pour souligner son quarantième anniversaire de naissance. En réaction au témoignage de Lino Zambito, Nathalie Normandeau avait affirmé qu'elle avait toujours exercé ses fonctions de députée et de ministre avec honnêteté et intégrité.

Nomination controversée

Au moment de l'annonce de sa nomination en janvier 2012, l'ancienne ministre des Ressources naturelles avait dû se défendre de violer la loi sur la transparence et l'éthique en matière de lobbyisme.

Raymond Chabot Grant Thornton travaillait notamment pour des compagnies exploitant des ressources naturelles et des sociétés minières. Or, le gouvernement de Jean Charest faisait à l'époque la promotion depuis plusieurs mois de son Plan Nord, dont le développement minier est le fer de lance. En tant qu'ancienne ministre, Nathalie Normandeau n'avait pas le droit de donner des conseils à partir d'informations non publiques pendant les deux ans suivant son départ de la vie politique. Elle ne pouvait pas non plus faire de lobbyisme auprès du gouvernement.

Selon Raymond Chabot Grant Thornton, Mme Normandeau aurait plutôt « soutenu la mise en place de différentes initiatives permettant notamment à la firme de se positionner stratégiquement dans le domaine du transfert d'entreprises ». Elle aurait aussi contribué à la promotion des talents féminins, indique la firme.

Nathalie Normandeau a annoncé son retrait de la vie politique en septembre 2011. À titre de ministre des Ressources naturelles, elle était notamment montée au front pour le gouvernement dans le dossier de l'exploitation du gaz de schiste au Québec.

La vie personnelle de Nathalie Normandeau a également causé certains remous, notamment en raison de sa relation amoureuse avec le député adéquiste François Bonnardel et avec l'ancien chef de police de la Ville de Montréal Yvan Delorme, dont le départ-surprise a soulevé plusieurs questions.

Dans une récente entrevue sur ICI Radio-Canada Première, Mme Normandeau a confié à l'animatrice Marie-France Bazzo qu'elle n'excluait pas un retour en politique.

Avec la collaboration de Sébastien Bovet

PLUS:rc