NOUVELLES
14/11/2013 03:16 EST | Actualisé 13/01/2014 05:12 EST

Todt sans opposition

Jean Todt sera réélu sans opposition à la prochaine élection présidentielle de la Fédération internationale de l'automobile (FIA).

David Ward, seul autre candidat qui tentait sa chance, a décidé de se retirer, faute d'avoir recueilli un nombre suffisant d'appuis.

Le Britannique, ancien conseiller de Max Mosley (ex-président de la FIA), avait perdu sa cause devant le comité d'éthique de la FIA. Jeudi, il a envoyé un message à tous les clubs membres de la FIA à la veille de la clôture des mises en candidature.

« Je vous écris pour vous confirmer que j'ai décidé de retirer ma candidature à la campagne présidentielle. Je n'ai pas réussi à obtenir l'appui du nombre nécessaire de vice-présidents régionaux. Je veux donc féliciter Jean Todt, qui sera réélu pour un deuxième terme sans opposition si personne ne se présente contre lui. » 

« La signature de lettres d'appui au président en exercice avant le début officiel de la campagne rend très difficile l'exercice d'aller chercher les signatures des vice-présidents régionaux. Dans la zone Amérique du Nord, 11 des 12 clubs membres ont signé une lettre de soutien à Jean Todt au mois de mars. Il ne restait qu'un club qui acceptait de soutenir ma candidature, par la signature de son vice-président. »

« Ces clubs qui avaient de la sympathie pour ma candidature auraient été obligés de revenir sur leur décision de soutenir M. Todt. Il est compréhensible qu'ils aient eu quelques réticences à le faire. »

À ce propos, David Ward avait porté plainte contre Jean Todt devant le comité d'éthique de la FIA. Il prétextait que le président en exercice avait enfreint les règles de la FIA en sollicitant des lettres de soutien avant même que le processus d'élection ne soit déclenché. La plainte de M. Ward a été rejetée par le comité d'éthique.  

« Certains clubs membres ont demandé que soit revu le processus d'élection, en éliminant les vice-présidents régionaux du processus et en diminuant le nombre des clubs membres requis (aujourd'hui 37) qui permet de présenter sa candidature, a précisé David Ward dans sa lettre. Si ces réformes devaient être adoptées, elles encourageraient plus de candidats à se présenter et rétabliraient la crédibilité du processus d'élection. » 

PLUS:rc