NOUVELLES
14/11/2013 05:55 EST | Actualisé 14/01/2014 05:12 EST

Obamacare: le président fait volte-face et ordonne des changements majeurs

WASHINGTON - Le président Barack Obama, soumis à la forte pression de ses collègues démocrates et à un torrent de critiques de ses adversaires républicains, a ordonné jeudi des changements majeurs à sa réforme de la santé, en maintenant en vigueur des régimes d'assurance privés qui avaient été annulés parce qu'ils ne répondaient plus aux critères de la réforme.

La décision de jeudi marque un revirement abrupt de l'administration Obama, un changement qui vise à alléger la pression politique sur les démocrates du Congrès qui tenteront de se faire réélire l'an prochain, face à des électeurs qui ne sont pas encore convaincus des avantages du nouveau système de santé.

M. Obama a déclaré qu'il avait «parfaitement» entendu les plaintes des Américains qui ont reçu des avis d'annulation de leur assurance, malgré ses promesses répétées voulant que sa réforme permettrait à tous ceux qui sont satisfaits de leur assurance de la garder.

Malgré tout, M. Obama a affirmé qu'il ne s'«éloignerait» pas de la loi qui doit permettre à des dizaines de milliers d'Américains de souscrire une assurance abordable et qui fera baisser le coût global du système de santé aux États-Unis.

«La loi sur les soins de santé abordables va fonctionner», a-t-il dit lors d'une conférence de presse à la Maison-Blanche. «Nous allons continuer de l'améliorer jusqu'à ce que le travail soit fait.»

Le président a aussi accepté la responsabilité des graves problèmes techniques qui ont plombé le site internet du gouvernement fédéral destiné aux consommateurs depuis son lancement, le 1er octobre.

Barack Obama fait face à une énorme pression des démocrates du Congrès qui exigeaient qu'il règle la question des polices d'assurance annulées en vertu de la réforme de la santé, un dossier qui risque de se retrouver au centre des prochaines élections de mi-mandat, l'an prochain, qui détermineront quel parti contrôlera la Chambre des représentants et le Sénat.

M. Obama et les membres de son administration peinent à implanter comme prévu la réforme de la santé, conscients que cela aura un effet déterminant sur la façon dont l'histoire jugera sa présidence. En vertu de la réforme, l'achat d'une assurance-santé est maintenant obligatoire pour tous les Américains. Ceux qui n'en n'ont pas les moyens peuvent obtenir des subventions, du moins dans les États qui ont accepté les transferts d'argent fédéral à cette fin.

La décision de jeudi est le premier revirement d'envergure de l'administration Obama dans ce dossier. Le président a promis que les Américains bénéficieraient de meilleures assurances que celles qui ont été annulées.

M. Obama a indiqué que des lettres seraient transmises dès jeudi aux sociétés d'assurance pour les informer qu'elles pourront continuer de vendre des polices d'assurance individuelle à leurs clients actuels pour 2014, même dans les cas où ces assurances ont été jugées inadéquates selon la loi.

Les assureurs devront cependant aviser les clients qu'ils ont d'autres choix en vertu de la réforme de la santé, et leur dire dans quel domaine précisément leur assurance n'est pas conforme à la loi. Ces assurances seront seulement disponibles pour les clients actuels des sociétés d'assurance, et non pour les nouveaux clients.

PLUS:pc