NOUVELLES
13/11/2013 04:09 EST | Actualisé 13/11/2013 04:10 EST

Nouveau-Brunswick : Dennis Oland poursuivi pour le meurtre de son père

CBC

Le Néo-Brunswickois Dennis Oland est accusé de meurtre au second degré de son père, l'homme d'affaires Richard Oland, à Saint-Jean.

Dennis Oland, 45 ans, a comparu en cour à Saint-Jean, mercredi après-midi. Répondant à une question du juge, il a affirmé qu'il comprenait bien l'accusation portée contre lui. Il n'a pas répondu à cette accusation. Sa prochaine comparution, le 19 novembre, servira à établir la date de son enquête préliminaire. Entre-temps, il reste derrière les barreaux.

Les membres de sa famille qui étaient en cour à cette occasion ont quitté le tribunal sans faire de commentaires.

Le service policier de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, l'a arrêté mardi après-midi. « M. Oland a été arrêté à Rothesay. Des membres de la force policière de Saint-Jean ont trouvé M. Oland à l'extérieur de son domicile. Il a été arrêté sans problème, sans résistance », affirme John Kilfoil, du service policier de Saint-Jean.

Mercredi matin, en conférence de presse, les policiers ont expliqué que leur enquête a été longue à cause de l'absence de témoins et de la nature de l'accusation. Le dossier devait être solide, ont-ils souligné.

Le corps de Richard Oland a été retrouvé sans vie dans son bureau de Saint-Jean, le 7 juillet 2011. Il était âgé de 69 ans. L'homme d'affaires était l'un des membres de la famille propriétaire de la brasserie Moosehead, mais il avait quitté l'entreprise dans les années 1980.

Dennis OlandDennis Oland Photo : CBC

Bill Reid, chef du service policier de Saint-Jean, afifrme que Richard Oland est décédé après avoir reçu des coups répétés.

Il ne devrait pas y avoir d'autres arrestation pour cette affaire, ajoutent les policiers.

Le nom de Dennis Oland en tant que principal suspect a été rapporté pour la première fois en mai, après que deux médias eurent plaidé en faveur de la publication de documents de la cour devant une cour provinciale.

Le juge R. Leslie Jackson n'avait pas permis la publication de certaines informations, décrites par la Couronne comme des éléments liés à la scène de crime, à la condition physique et la position du corps de la victime, des informations que seul le meurtrier connaîtrait.

Dans une déclaration sous serment dévoilée le mois dernier, on indique que les traces de sang retrouvées sur le veston saisi dans la maison de Dennis Oland correspondaient au profil d'ADN de son père.

Le document précise également qu'un coupon d'un service de nettoyage à sec avait été agrafé au vêtement, montrant que le veston avait été récupéré au V.I.P. Dry Cleaners de Rothesay, le lieu de résidence de Dennis Oland, au lendemain de la mort de son père, soit le 8 juillet 2011.

Les proches du suspect ont répété, dans un communiqué publié mercredi, qu'ils croient à son innocence.

« Nous savons que Dennis est innocent. Nous sommes dévastés par le fait que ce cauchemar pour Dennis et nous tous va se poursuivre. Nous savons qu'il sera trouvé innocent à la suite d'un processus objectif et juste dans une cour de justice. Nous souhaitons que la police concentre son attention à trouver qui est vraiment responsable de la mort de Dick », mentionne-t-on dans le document signé par Connie Oland, Lisa Oland, Lisa Bustin et Jacqueline Walsh.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.