NOUVELLES
13/11/2013 01:33 EST | Actualisé 13/01/2014 05:12 EST

Luka Rocco Magnotta plaide de nouveau non coupable pour le meurtre de Jun Lin

Agence QMI

MONTRÉAL - Luka Rocco Magnotta a de nouveau plaidé non coupable, mercredi, relativement au meurtre et au démembrement sordide de l'étudiant d'origine chinoise Jun Lin en mai 2012.

L'homme de 31 ans a livré son plaidoyer, mercredi, en Cour supérieure à Montréal, au cours de la conférence préparatoire au procès qui s'ouvrira devant cette instance en septembre prochain, sous la présidence du juge Guy Cournoyer.

Debout à la barre, dans un compartiment de verre, Magnotta a répondu d'une voix éteinte «non coupable» à cinq reprises, alors que les chefs d'accusation étaient énumérés.

Il s'agissait en fait d'une formalité judiciaire: peu après son arrestation, en juin 2012, Magnotta avait déjà plaidé non coupable, en Cour du Québec cette fois, aux cinq chefs d'accusation qui pèsent contre lui, dont celui de meurtre prémédité. Mais comme il s'agit d'une affaire de meurtre, la cause sera entendue en Cour supérieure.

Il est aussi accusé d'outrage à un cadavre, de production et diffusion de matériel obscène, d'utilisation de la poste pour diffuser des obscénités, et de harcèlement criminel — envers le premier ministre Stephen Harper et des membres de son gouvernement.

L'ancien danseur nu et acteur de films pornographiques avait été arrêté à Berlin en juin 2012 à la suite d'une chasse à l'homme internationale qui avait fait les manchettes à travers le monde.

Magnotta, originaire de Scarborough, en Ontario, est accusé du meurtre de Jun Lin, survenu en mai 2012 à Montréal. Des parties du corps du jeune Chinois qui étudiait en génie à l'Université Concordia avaient été expédiées par la poste dans d'autres régions du pays.

Le juge Cournoyer entendra plusieurs requêtes d'ici l'ouverture du procès dans 11 mois. Ainsi, mercredi matin, l'avocat de la défense, Luc Leclair, a demandé au magistrat une ordonnance de non-publication sur certains aspects de l'affaire.

Il souhaitait qu'on interdise aux médias, jusqu'au début du procès, de rapporter que son client comparaissait souvent pieds et poings liés dans une salle d'audience à sécurité maximale. M. Leclair a soutenu qu'il serait maintenant difficile de trouver un jury impartial, et que ces détails pourraient brimer le droit de son client à un procès juste et équitable.

Le juge Cournoyer a rejeté la requête de la défense, faute de preuves soutenant ces prétentions.

La Couronne et les avocats représentant des médias ont contesté les arguments de la défense.

D'autres requêtes seront entendues par le juge Cournoyer les 6 et 7 février prochains. Le procès, lui, débutera le 8 septembre, une semaine plus tôt que prévu, a indiqué le juge Cournoyer mercredi. Il pourrait durer entre six et huit semaines.

INOLTRE SU HUFFPOST

L'audience préliminaire de Luka Rocco Magnotta
Luka Rocco Magnotta