Jeux vidéo: 9 bienfaits étonnants sur le corps et la santé

Publication: Mis à jour:

Votre mère avait tort. Les jeux vidéo ne sont pas si mauvais que ça. En réalité, ils améliorent votre vie. En dépit des idées reçues sur le lien supposé entre violence et jeux vidéo (indice: il n’y en a aucun), de nombreuses études universitaires indiquent que jouer aux jeux vidéo a beaucoup d’avantages psychologiques, et même physiques. Considérés dans leur ensemble, il semblerait qu’en fait, les jeux vidéo font de vous un meilleur être humain.

1. 'Mario' agit sur votre cerveau comme des stéroïdes

Pour mieux comprendre la façon dont les jeux vidéo affectent le cerveau, des chercheurs allemands ont conduit une étude, publiée cette semaine. Ils ont demandé à 23 adultes âgés de 25 ans en moyenne de jouer à "Super Mario 64" 30 minutes par jour pendant deux mois. Un groupe témoin n’a pas du tout joué aux jeux vidéo.

Des scans IRM de leurs cerveaux ont montré que le groupe de joueurs avaient vu leurs cellules grises augmenter dans l’hippocampe droit, le cortex préfrontal droit et le cervelet – les zones du cerveau responsables de la navigation spatiale, de la mémoire, de l’organisation et de la motricité des mains.

"Alors que des études précédentes avaient montré des différences de structures du cerveau chez les joueurs de jeux vidéo, l’étude actuelle révèle l’existence d’un lien entre jouer aux jeux vidéo et une augmentation du volume du cerveau", explique Simone Kühn, qui a dirigé l’étude. "Cela prouve que certaines zones spécifiques du cerveau peuvent être exercées grâce aux jeux vidéo."

Kühn et ses collègues ont conclu que les jeux vidéo pouvaient potentiellement être utilisés comme thérapie sur des patients souffrant de troubles mentaux causant une réduction ou une altération de certaines parties du cerveau. On compte parmi ces troubles la schizophrénie, le syndrôme de stress post-traumatique et Alzheimer.

2. Vous deviendrez peut-être plus intelligent grâce à ‘Starcraft'

En août dernier, des chercheurs britanniques ont constaté que certains jeux vidéo, plus particulièrement les jeux de stratégie comme "Starcraft" peuvent augmenter la "flexibilité du cerveau", que les scientifiques décrivent comme "la pierre angulaire de l’intelligence humaine."

L’étude, menée par la Queen Mary University of London et par l’University College London, se fonde sur des tests psychologiques conduits avant et après que 72 volontaires aient joué à "Starcraft" ou au jeu de simulation de vie "Sims" durant 40 heures, étalées sur six à huit semaines. Selon l’étude, lors des tests psychologiques, les participants ayant joué à "Starcraft" complétaient des tâches de flexibilité cognitive plus rapidement et avec plus de justesse.

"Désormais, nous devons comprendre qu’est-ce qui provoque exactement ces changements, et si ces coups de fouet cognitifs sont permanents ou s’ils diminuent à mesure du temps," a déclaré en août Brian Glass, chercheur de cette étude. "Une fois que nous aurons compris, il sera possible de développer des interventions cliniques pour, par exemple, des symptômes reliés au trouble du déficit de l'attention avec hyperactivité ou aux traumatismes crâniens."

3. Les jeux vidéo pourraient ralentir le vieillissement

wii old

Selon une étude menée cette année par l’Université de l’Iowa, jouer à des jeux de stimulation deux heures par semaine suffirait à ralentir le degré du déclin mental associé au vieillissement naturel.

Une étude conduite sur 681 individus agés de 50 ans et plus, a révélé que jouer 10 heures à certains jeux vidéo pouvait retarder jusqu’à sept ans le déclin naturel de différentes compétences cognitives.

Durant cinq à huit semaines, un groupe de seniors a pratiqué des mots croisés informatisés tandis que trois autres groupes ont joué à un jeu informatique intitulé "Road Tour." Ce jeu consistait à retrouver des photos de véhicules tout en se rappelant où était placé un panneau de signalisation particulier, avec de plus en plus de pièges à mesure de l’avancée du joueur. L’expérience devait refléter la difficulté des conducteurs plus âgés à gérer une multitude d’informations à un croisement.

"Qu’il s’agisse d’un jeu spécifique ou d’un jeu comme 'World of Warcraft,' ils sont complexes en termes cognitifs et demandent de l’énergie mentale et des capacités pour pouvoir y jouer" explique Jason Allaire, professeur au département de psychologie de la North Carolina State University à Raleigh, qui n’a pas participé à l’étude. "Chaque fois que vous faites quelque chose demandant de l’énergie mentale, vous exercez vos capacités – c’est exactement comme lorsque vous exercez vos muscles, vous devenez plus fort."

4. Ils pourraient aider les enfants dyslexiques à mieux lire.

child reading

Une étude de l’université de Padoue a jeté un froid sur l’idée que les jeux vidéo sont mauvais pour le cerveau des jeunes enfants. En février dernier, des chercheurs italiens ont démontré que jouer à des jeux vidéo d’action peut améliorer les capacités de lecture d’enfants atteints de dyslexie.

L’équipe a séparé en deux groupes des enfants âgés de 7 à 13 ans, l’un devant jouer à un jeu d’action appelé "Rayman Raving Rabids" tandis que l’autre jouait à un jeu au rythme moins soutenu. Quand les capacités de lecture des enfants ont été testées par la suite, ceux qui avaient eu le jeu d’action pouvaient lire plus rapidement et avec plus d’exactitude. Les auteurs de l’étude ont émis l’hypothèse que les jeux d’action aidaient les enfants à agrandir la portée de leur attention, un atout crucial pour la lecture.

5. Les adolescents qui jouent aux jeux vidéo s’en sortent mieux sur un simulateur d’opérations chirurgicales que de vrais internes en médecine.

En novembre 2012, des scientifiques de l’université du Texas à Galveston, ont mené une expérience : des étudiants amateurs de jeux vidéo, concourraient contre des internes en médecine pour savoir qui pouvait accomplir les meilleures opérations chirurgicales virtuelles. Les joueurs ont complété une série d’exercices sur un simulateur d’opérations chirurgicales qui mesurait leurs aptitudes dans 32 catégories différentes telles la coordination yeux/mains, la manipulation des touches et le timing.

Les étudiants, qui jouaient aux jeux vidéo deux heures par jour, ont fait largement mieux que les étudiants (qui jouaient quatre heures par jour) et que les internes en médecine (qui ne jouaient que sporadiquement aux jeux vidéo). L’expérience réelle des internes a, dans ce cas, probablement joué contre eux.

Sami Kilic, professeur de l’Université du Texas qui a participé à l’élaboration de l’expérience, a insisté sur le fait que les étudiants souhaitant faire une carrière médicale devraient continuer à se concentrer sur leurs études, et non sur la chirurgie virtuelle. Cependant, selon une étude différente, les chirurgiens qui jouaient aux jeux vidéo pendant au moins trois heures par semaine faisaient 37% d’erreurs en moins quand ils pratiquaient des cœlioscopies.

6. Les jeux vidéo peuvent soulager la douleur

En 2010, lors de la réunion annuelle de l’American Pain Society (Association américaine contre la douleur), des chercheurs ont démontré que les jeux vidéo, surtout ceux représentant une emphase de la réalité virtuelle, étaient efficaces pour réduire l’angoisse ou la douleur causées par les procédures médicales ou des maladies chroniques. L’étude a constaté que lorsque les gens sous chimiothérapie ou d’autres traitements lourds étaient immergés dans un monde virtuel de jeu vidéo, ils témoignaient ressentir bien moins de stress et de peur. En plus, ceux qui étaient traités pour des brûlures connaissaient une diminution de leur peine allant de 30 à 50 %.

En se référant à la technologie de capture de mouvement de la Xbox Kinect ou de la Wii, Charles Friedman, rattaché aux Centres de soulagement de la douleur, explique que les jeux vidéo permettent au cerveau de rester actif en utilisant d’autres sens au lieu de rester focalisé sur la douleur. Jouer aux jeux vidéo permet aussi de relâcher des endorphines dans le cerveau, un composant chimique généralement associé au bonheur et capable d’endormir la sensation d’inconfort.

7. 'Call Of Duty' peut améliorer votre vue.

call of duty

Selon une étude de l’Université de Rochester, tirer sur des sales types dans les jeux vidéo peut améliorer votre vision, aussi étonnant que cela puisse paraître.

Lors de cette étude de 2009, des joueurs experts en jeu d’action ont joué à des jeux de tir à la première personne comme "Unreal Tournament 2004" et "Call of Duty", tandis que les joueurs non expérimentés dans ce type de jeux ont joué à "Sims 2". Ceux qui ont joué aux jeux violents ont connu une amélioration du contraste dans leur vision ou de leur capacité à distinguer des changements subtils dans la luminosité d’une image. Considérée comme l’une des premières aptitudes visuelles à diminuer avec le temps, la capacité à capter des éclats de lumière est fondamentale dans certaines tâches comme la conduite de nuit.

Les auteurs de l’étude pensent que le fait de devoir localiser et viser les ennemis permet aux yeux des joueurs de s’exercer. Le fait de devoir réagir à des méchants pouvant survenir n’importe quand les oblige à analyser des données visuelles instantanément. Les chercheurs estiment que leur étude montre que des jeux vidéo – surtout les jeux d’action – ont le potentiel pour aider à corriger une mauvaise vue.

8. Les jeux vidéo peuvent être aussi efficaces qu’une séance de thérapie en tête à tête.

Alors que les jeux vidéo sont souvent accusés d’être l’une des causes des maladies mentales, des études ont démontré qu’ils peuvent aussi agir comme un remède.

En 2012, des chercheurs de Nouvelle-Zélande ont créé un nouveau moyen de traiter des adolescents dépressifs grâce à "SPARX," un jeu vidéo imaginé pour rendre la thérapie de ces jeunes plus ludique et plus active qu’une consultation traditionnelle. Le nom du jeu est un acronyme pour "smart, positive, active, realistic and x-factor thoughts", des stratégies souvent utilisées pour combattre la dépression.

L’étude portait sur 168 adolescents, âgés en moyenne de 15 ans, qui avaient déjà réclamé de l’aide ou luttaient contre la dépression. La moitié de ce groupe avait été assignée au "traitement normal" consistant en général en 5 consultations psychothérapeutiques individuelles. L’autre moitié a joué à SPARX, un jeu de fantasy où les sujets créaient des avatars pour éliminer "toutes les pensées négatives" et restaurer l’ordre dans un monde virtuel. Chaque niveau enseignait aux joueurs des faits basiques sur la dépression, des stratégies pour gérer des émotions négatives et des techniques de relaxation.

Les résultats pour le groupe SPARX furent très encourageants. Près de 44 % des joueurs de SPARX sont sortis de la dépression contre 26 % du groupe témoin.

9. Ils peuvent aider les victimes d’AVC à se remettre complètement.

rehabilitation

Pour les victimes d’AVC, la guérison peut être un processus long, voire un impossible. Cherchant une approche moins chère et plus efficace de retrouver la parole et le mouvement après un AVC, Debbie Rand, de l’Université de Tel Aviv, s’est tournée vers les jeux vidéo.

Des individus ayant subi une attaque cérébrale jusqu’à sept ans avant l’étude étaient assignés à l’un de deux groupes. Le premier pratiquait des exercices de rééducation traditionnels, tandis que l’autre jouait aux jeux vidéo sur la Xbox 360, la PlayStation 3 et la Nintendo Wii.

Pour une ergothérapeute comme Rand, utiliser des jeux vidéo pour la rééducation présentaient des avantages évidents à plusieurs égards. Tandis que les deux groupes ont montré une certaine amélioration dans certaines activités telle la prise, seul le groupe de joueurs a continué à faire preuve d’une amélioration dans la force des mains après le traitement. Les joueurs de jeux vidéo ont non seulement accompli le double de mouvements du bras à chaque séance, mais leurs mouvements « étaient dirigés vers un but » et pas simplement des exercices répétitifs.

"Lorsque des individus organisent leurs mouvements et bougent délibérément pour accomplir un objectif spécifique, il y a de grandes chances que cela ait un impact positif sur la plasticité neuronale" explique Rand, observant que du fait que les jeux vidéo soient drôles et plaisants, les sujets seront plus enclins à s’investir pleinement dans la rééducation.

Crédit photo Flickr/PinedaProject

Retrouvez les articles du HuffPost Art de vivre sur notre page Facebook.