POLITIQUE
13/11/2013 05:20 EST | Actualisé 13/01/2014 05:12 EST

Un groupe de travail recommande de créer une nouvelle taxe pour financer l'industrie du cinéma

Getty

QUÉBEC - Le groupe de travail sur le cinéma défie le ministre Maka Kotto, en lui demandant de créer une nouvelle taxe, même si le ministre de la Culture a rejeté publiquement cette avenue récemment.

Selon ce qu'a appris La Presse Canadienne mercredi, de diverses sources au sein du comité, le groupe proposera dans son rapport deux options visant à mieux financer l'industrie du cinéma, et l'une d'elles sera de créer une nouvelle taxe dédiée au cinéma.

Cependant, il ne s'agira pas d'une taxe sur les billets de cinéma, un des scénarios analysés par le groupe qui avait fait l'objet d'une fuite dans Le Devoir, en octobre. Le ministre Kotto avait aussitôt réagi en disant qu'il n'était pas question d'imposer une taxe additionnelle sur chaque billet acheté en salle par les cinéphiles.

Malgré cela, le groupe aura donc choisi de faire fi des mises en garde du ministre, en contournant l'interdit par une proposition différente de taxe.

«Le fait qu'il y ait eu une fuite, que quelqu'un ait laissé aller des portions d'un rapport pas terminé, cela m'a mis vraiment hors de moi», a commenté un de ceux qui se penchent sur l'avenir du cinéma.

Le rapport, qui compte quelque 150 pages, incluant les annexes, et une vingtaine de recommandations au gouvernement, sera rendu public vendredi, au Monument-National, à Montréal.

Le groupe de travail, mis sur pied par le ministre en février, compte 19 membres issus du milieu du cinéma. Il est coprésidé par le président de la SODEC, François Macerola, et la sous-ministre du ministère de la Culture, Rachel Laperrière.

Les membres ont réussi à trouver des positions consensuelles sur les solutions à privilégier pour mieux soutenir l'industrie du cinéma québécois, si bien que tous les membres ont finalement accepté de signer le rapport final.

Mais ce ne fut pas toujours le cas, car, selon les informations obtenues, certains membres ont jugé inappropriée la sortie du ministre Kotto sur une éventuelle taxe, y voyant un désaveu, une forme d'ingérence politique dans leurs travaux. On lui reprochait d'avoir exclu un scénario avant même d'avoir pris connaissance du contenu du rapport.

Au moins deux membres auraient même songé à ne pas signer le rapport, a indiqué une source.

Un membre affirme attendre la publication du rapport pour «dire des choses» publiquement sur cet accouchement difficile.

Ces tensions ont retardé le déroulement des travaux. Attendu le 31 octobre, le rapport n'était pas prêt à la date prévue. On a dû demander une prolongation jusqu'au 15 novembre.

Le rapport est fort attendu dans le milieu, préoccupé par la tendance du public à bouder les films québécois ces dernières années.

Pour le coprésident du groupe, François Macerola, ce sera en quelque sorte son testament, car il quitte ses fonctions de président de la SODEC à la fin du mois, donc sans pouvoir appliquer les recommandations qui trouveront un écho favorable auprès du ministre Kotto. Son successeur n'est pas encore connu.

Quant à elle, la coprésidente du groupe, Rachel Laperrière, est aussi la sous-ministre de M. Kotto, et, curieusement, devra donc à ce titre analyser et donner suite aux recommandations du groupe dont elle faisait elle-même partie.

On proposera notamment d'augmenter le financement consacré à la scénarisation, une étape-clé qui constitue actuellement un maillon faible.

Les problèmes de distribution seront aussi abordés. On demandera à Québec de trouver le moyen de faire en sorte que les exemplaires des films soient disponibles en même temps sur tout le territoire du Québec.

Le groupe ne proposera pas de créer de nouvelles structures.

Autour des deux coprésidents, on trouve les noms de l'auteure et productrice Fabienne Larouche, du réalisateur Podz (Daniel Grou), du comédien Michel Côté, de la comédienne et réalisatrice Micheline Lanctôt, de la réalisatrice Anaïs Barbeau-Lavalette, du monteur Michel Arcand, du producteur Pierre Even, de la présidente de Télé-Québec Michèle Fortin, d'un exploitant de salles, Guy Gagnon, d'un expert en programmation, Denis Hurtubise, du président du Conseil des arts et lettres, Stéphan La Roche, du président de la Régie du cinéma, Michel Létourneau, de la productrice Myrianne Pavlovic, du réalisateur Jean-François Pouliot, du vice-président chez Astral Média, Pierre Rodrigue, de la directrice de la Fondation Québec cinéma, Ségolène Roederer, et du président de Métropole Films, Charles Tremblay.

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques films présentés à Cinemania 2013