NOUVELLES
12/11/2013 10:48 EST | Actualisé 12/01/2014 05:12 EST

Rob Ford n'a pas à se retirer selon son frère

AP
Toronto Mayor Rob Ford listsens to speakers at a council meeting about casino proposals at Toronto City Hall on Tuesday, May 21, 2013. Ford ignored a crush of reporters waiting outside his city hall office this morning in the hopes he would address allegations that he was recorded on video appearing to smoke crack cocaine. (AP Photo\THE CANADIAN PRESS, Nathan Denette)

Les aveux de consommation de crack et d'abus d'alcool par le maire de Toronto Rob Ford ne sont pas des raisons valables pour son retrait de la mairie, a soutenu mardi son frère et conseiller municipal, Doug Ford.

Malgré des pressions accrues pour qu'il se retire - à tout le moins temporairement - de ses fonctions, Doug Ford a martelé que le maire n'en ferait rien, disant croire qu'il obtenait «l'aide dont il a besoin». Le frère du maire a fait valoir que Rob Ford devait «se maintenir occupé» et qu'il ne voulait pas «se retirer pour deux semaines».

Mercredi, un conseiller municipal doit proposer une motion non contraignante réclamant que Rob Ford prenne un congé autorisé. L'auteur de la motion, le conseiller Denzil Minnan-Wong, a déjà indiqué souhaiter que le conseil municipal requière que le gouvernement provincial le force à se retirer.

Doug Ford a fait valoir que le maire s'était excusé «à profusion» et s'est demandé «combien de fois de plus il pourrait s'excuser» pour satisfaire ses détracteurs.

Le principal élément au coeur de l'affaire - une vidéo de 90 secondes désormais célèbre, prise par un cellulaire, semblant montrer le maire fumant du crack - a été soumise à un tribunal de Toronto, mardi. La police a en fait saisi deux vidéos, mais la Couronne a soutenu mardi que la seconde reprend en partie le contenu de la première.

Un juge a reporté sa décision quant à la demande d'un accusé dans une autre affaire - aperçue sur une photo avec le maire Ford - qui souhaite consulter ces vidéos pour sa défense. Le magistrat a promis de rendre son jugement sous peu.

Le juge de la Cour supérieure de l'Ontario Ian Nordheimer a visionné les images pour étudier la requête des avocats de Mohammad Khattak.

L'homme accusé dans le cadre d'une opération sur le trafic d'armes et de drogues appelée projet Traveller soutient que sa réputation est entachée par son association dans l'esprit des gens à la prétendue vidéo sur la consommation de crack.

«Depuis cinq mois et demi, tout le monde croit qu'il est celui derrière la réalisation de la vidéo, qu'il a eu la vidéo et a tenté de la distribuer. C'est humiliant», a affirmé l'avocat Nathan Gorham à l'extérieur de la salle d'audience.

Le juge Ian Nordheimer pourrait aussi rendre son verdict à tout moment sur le dévoilement de parties dissimulées d'un document qui met en lumière les relations de Rob Ford avec son ami Alexander Lisi, un trafiquant de drogue allégué qui fait aussi face à des accusations d'extorsion relativement à la vidéo.

Rob Ford ne démissionnera pas

Rob Ford avoue avoir fumé du crack

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.