POLITIQUE
12/11/2013 10:05 EST | Actualisé 12/01/2014 05:12 EST

Québec dévoile son plan de gestion des contrats publics routiers

Agence QMI

Québec souhaite créer une Agence des transports et inculquer une culture d'intégrité au sein du ministère des Transports du Québec (MTQ) afin de réduire les coûts de construction et d'entretien des infrastructures routières de la province.

Le ministre des Transports et ministre des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire, Sylvain Gaudreault, a dévoilé, mardi à Québec, son plan d'action qui vise à améliorer la gestion des contrats publics. Sans vouloir lancer la pierre aux employés de son ministère, M. Gaudreault soutient vouloir y implanter une culture d'intégrité.

Il soutient que le resserrement de certaines pratiques au MTQ a déjà permis d'économiser quelque 240 millions de dollars depuis le début de l'année 2013. Le ministre explique que les travaux commandés par le MTQ ont coûté 16 % moins cher que les estimations prévues du 1er janvier au 25 octobre 2013.

Les mesures qui ont permis au gouvernement de réduire le coût des travaux consistent en la planification de ses travaux sur une période de deux ans et en l'utilisation de la cote de rendement des firmes de génie dans l'octroi des contrats. Le gouvernement a également renforcé son expertise interne grâce à l'embauche de 360 personnes pour veiller à la protection de l'intégrité des contrats publics.

« Nous souhaitons avoir une plus grande surveillance des chantiers faite à l'interne par le ministère », explique le ministre Gaudreault. Il précise également que la surveillance et la gestion de l'entretien des infrastructures seront décentralisées vers les directions régionales.

Le plan d'action du gouvernement se déploie sur quatre axes d'intervention :

  1. Planification des projets routiers
  2. Contrôle des dépenses et gestion des avenants
  3. Imputabilité des contractants sur les dépenses supplémentaires
  4. Saine concurrence

Le plan d'action du gouvernement devrait être en place à compter du 31 mars 2015.

Le gouvernement entend ainsi réduire le nombre d'avenants - communément appelés « les extras » - à payer en renforçant l'expertise du MTQ. De plus, les dépassements de coûts seront analysés et les contractuels seront imputables. Ainsi, des entrepreneurs responsables de certains dépassements de coûts pourraient être appelés à rembourser le gouvernement.

Une agence indépendante et autonome

La création d'une Agence des transports se retrouve au cœur du plan du gouvernement pour s'assurer que les Québécois paient un prix équitable pour leurs projets d'infrastructures. Le gouvernement espère ainsi enrayer la corruption et la collusion qui entraîne les coûts à la hausse.

« Cette agence visera, plus particulièrement, à développer et à maintenir l'expertise de l'État en matière de travaux routiers, à éloigner le politique des décisions administratives et à doter l'État d'une organisation autonome et performante, dont l'expertise sera au service de la population », explique le ministre Gaudreault.

Le ministre convient que les mesures proposées sont difficilement quantifiables beaucoup constituent de fait des façons de travailler. « Il faut les amortir sur plusieurs années et en constatant les économies réalisées, elles dépassent largement les coûts [qu'elles pourraient engendrer] », conclut le ministre.

La création de l'Agence des transports nécessitera toutefois le dépôt d'un projet de loi et la collaboration des partis d'opposition en raison du statut de minoritaire du gouvernement du Parti québécois.

INOLTRE SU HUFFPOST

Le meilleur et le pire du gouvernement Marois