NOUVELLES
12/11/2013 11:54 EST | Actualisé 12/01/2014 05:12 EST

Les trimestres décevants s'accumulent pour le quincailler québécois Rona

MONTRÉAL - Les trimestres décevants continuent de s'accumuler pour le géant de la rénovation résidentielle Rona (TSX:RON), notamment en raison d'un recul marqué des mises en chantier au Canada et qui est encore plus présent au Québec.

Le quincailler a raté la cible des analystes au troisième trimestre avec un bénéfice de 30 millions $, soit 25 cents par action, en hausse par rapport à celui de 5,5 millions $, ou 5 cents par action, pour la même période l'an dernier.

Toutefois, en excluant les éléments non récurrents, le bénéfice de l'an dernier atteignait 33,5 millions $, ou 28 cents par action.

Les analystes attendaient en moyenne un bénéfice ajusté de 39,2 millions $, soit 20 cents par action, pour le trimestre clos le 29 septembre, ainsi qu'un chiffre d'affaires de 1,25 milliard $, d'après l'agence Thomson Reuters.

Le chiffre d'affaires du plus récent trimestre a reculé de 4,3 pour cent, à 1,17 milliard $, contre 1,22 milliard $ un an plus tôt.

Cette baisse a été attribuée aux fermetures de magasins et à un recul de 2,4 pour cent des ventes dans les commerces ouverts depuis au moins un an — un indicateur clé dans le secteur du détail.

La diminution des mises en chantier de maisons unifamiliales, qui ont reculé de 31 pour cent au Québec, où Rona récolte près de la moitié de ses revenus, a grandement affecté les ventes des magasins comparables.

«Cela (les mises en chantier) représente jusqu'à la moitié des ventes de certains de nos magasins», a souligné le président et chef de la direction de Rona, Robert Sawyer, au cours d'une conférence téléphonique.

«C'était très mauvais au Québec par rapport à l'an dernier, a-t-il ajouté. Nous ne recevons pas de signaux positifs concernant une reprise des mises en chantier au cours des prochains mois.»

M. Sawyer a ajouté que les établissements de Rona destinés au secteur commercial et professionnel «souffraient beaucoup» actuellement.

«La rénovation est importante, mais c'est la construction qui nous aide davantage», a dit le pdg de Rona.

L'entreprise établie à Boucherville compte miser sur «l'expérience du client» en 2014 afin de se relancer. «Ce n'est pas de la science, a observé M. Sawyer. Nous allons seulement tenter de satisfaire notre clientèle.»

Sans dévoiler son plan, le pdg a indiqué que les heures d'ouverture de certains établissements ainsi que la formation des employés seraient deux dossiers sur lesquels l'entreprise comptait se pencher.

Rona a indiqué avoir réalisé jusqu'à maintenant des économies de 63 millions $ cette année dans le cadre de son programme de réduction de coûts, qui en prévoit un total de 110 millions $.

Malgré les performances plus difficiles de Rona, M. Sawyer ne croit pas que la société risque de perdre plus de marchands et franchisés au cours de la prochaine année.

À la fin du mois d'août, certains d'entre eux avaient fait parvenir une lettre à M. Sawyer afin de se plaindre de la faiblesse générale de Rona, notamment.

Certains membres auraient même laissé entendre qu'ils seraient prêts à quitter le giron du quincailler québécois pour joindre des concurrents.

«Nous avons communiqué avec eux et jusqu'ici et nos marchands et franchisés semblent satisfaits, a dit le dirigeant. Nous comprenons qu'ils soient plus nerveux parce que les conditions du marché sont actuellement plus difficiles.»

Par ailleurs, le conseil d'administration de Rona a approuvé un programme de rachat d'actions qui pourrait permettre à la société de reprendre jusqu'à 8,6 millions d'action ordinaires, soit 10 pour cent de celles-ci, au cours de la prochaine année.

L'action du quincailler a pris 44 cents, ou 3,66 pour cent, à la Bourse de Toronto pour clôturer la séance à 12,45 $.

PLUS:pc