NOUVELLES
12/11/2013 08:49 EST | Actualisé 12/01/2014 05:12 EST

Des émeutes font des dizaines de blessés au Bangladesh

DACCA, Bangladesh - Des policiers anti-émeute ont eu recours mardi aux gaz lacrymogènes pour repousser des milliers de travailleurs du secteur du textile qui leur lançaient des pierres dans deux villes industrielles du Bangladesh, à l'occasion de manifestations qui ont fermé au moins 200 usines et fait des dizaines de blessés.

Les manifestants ont érigé des barricades avec des véhicules abandonnés et des troncs d'arbres. L'explosion de violence témoigne des conditions de travail pénibles qui prévalent dans un secteur qui rapporte 20 milliards $ US chaque année au Bangladesh, mais dont les employés comptent parmi les moins bien rémunérés de la planète.

Des milliers d'ouvriers en colère ont lancé des pierres aux forces de l'ordre et attaqué des usines dans les villes de Savar et d'Ashulia, près de la capitale, Dacca. Au moins 200 usines ont fermé leurs portes lors de cette deuxième journée de manifestations, et près d'une centaine de personnes ont été blessées depuis deux jours.

Des centaines de gardes-frontières paramilitaires ont aussi été déployés pour venir en aide à la police.

Un comité parlementaire a recommandé, la semaine dernière, que le salaire minimum soit rehaussé à 66,25 $ US par mois, une augmentation de 77 pour cent qui en ferait néanmoins le salaire minimum le plus faible de la planète. Les travailleurs rejettent cette idée et demandent plutôt un salaire de 100 $ US par mois.

Les propriétaires d'usines s'opposent aussi à la hausse suggérée. Ils font valoir que cette augmentation gonflerait leurs coûts de production de manière importante et plomberait le secteur dans un contexte de concurrence mondiale féroce.

PLUS:pc