NOUVELLES
12/11/2013 06:42 EST | Actualisé 12/01/2014 05:12 EST

L'aide canadienne aux sinistrés philippins s'envolera dans les prochains jours

Getty
Residents return to their houses after leaving an evacuation site in the aftermath of Super Typhoon Haiyan in Tacloban, eastern island of Leyte on November 9, 2013. One of the strongest typhoons on record killed more than 100 people as savage winds and giant waves flattened communities across the Philippines, authorities said on November 9 while corpses lay amid the devastation. AFP PHOTO / NOEL CELIS (Photo credit should read NOEL CELIS/AFP/Getty Images)

Plusieurs équipes canadiennes s'envoleront dans les prochains jours vers les Philippines pour apporter une aide attendue par des millions de gens dans les régions durement touchées par le typhon Haiyan.

Parmi eux, une dizaine de membres de la Croix-Rouge canadienne partiront mercredi pour installer un hôpital d'urgence. Quatre Québécois font partie du groupe, dont une médecin, une infimière, une pharmacienne et un administrateur.

Certains Canadiens sont déjà aux Philippines, comme le directeur de l'ŒOeuvre Léger, anciennement la fondation du cardinal Léger. Norman MacIsaac est à Manille avec deux collègues pour organiser la livraison de vivres et d'eau dans les régions de Cebu et de Tacloban. Selon lui, la tâche est difficile pour le moment, particulièrement pour ce qui est du transport. « Il y a de sérieux problèmes de sécurité dans les zones affectées, dit-il. L'aide a été pompée en faveur des troupes qui ont été envoyées pour assurer la sécurité au niveau local. »

L'ŒOeuvre Léger s'apprête à envoyer un convoi de trois camions et de 32 personnes, et leur sécurité doit être assurée. « Sur place, c'est l'armée qui a été mobilisée sur la route, mais en plus de ça, nous devons avoir des gens sur le convoi qui assurent la sécurité », explique M. MacIsaac.

Dans l'immédiat, les sinistrés ont surtout besoin d'eau pour éviter la propagation de maladies, mais ils ont aussi besoin de nourriture et d'hébergement. Il faudra ensuite rétablir l'électricité et les communications et dégager les routes pour pouvoir acheminer l'aide.

À Montréal, le centre communautaire des Philippines a reçu beaucoup de dons en argent. Ses membres tiennent une réunion ce soir dans le but d'organiser l'aide. « C'est important parce que c'est notre pays qui a besoin d'aide. Selon ce qu'on voit aux nouvelles, beaucoup n'ont plus de maisons, il y a des enfants malades, il n'y a pas de nourriture, ni d'eau. Ça nous donne mal au cœur d'être ici », dit Salve Desprez.

Les soldats canadiens se préparent également à intervenir. Une trentaine de militaires sont déjà aux Philippines pour organiser l'aide. De son côté, l'Équipe d'intervention en cas de catastrophe, la DART, est en attente à Hawaï. Elle devrait être déployée prochainement.

Soutien moral

À Québec, une motion d'appui aux Philippines a été adoptée à l'unanimité à l'Assemblée nationale, et une minute de silence a été observée.

« J'exprime aujourd'hui en cette Chambre toute notre solidarité envers la nation philippine. Je le fais au nom de tout le gouvernement », a dit la première ministre Pauline Marois. « Nous sommes profondément attristés par cette catastrophe », a renchéri le chef de l'opposition officielle, Jean-Marc Fournier.

Avec les informations de Francine Plourde et Karine Bastien

INOLTRE SU HUFFPOST

Le super-typhon Haiyan frappe les Philippines (8 novembre 2013)