NOUVELLES
12/11/2013 07:51 EST | Actualisé 12/01/2014 05:12 EST

Affaire Roberge : un officier de la SQ suspendu

La Sûreté du Québec (SQ) a suspendu un de ses officiers dans la foulée de son enquête sur l'ancien enquêteur du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) Benoit Roberge. Ce dernier est accusé d'avoir vendu de l'information aux Hells Angels.

Le cadre suspendu par la SQ, un lieutenant à qui on a retiré son insigne, avait également accès à de l'information sensible, selon les informations obtenues par Radio-Canada. La SQ refuse toutefois de préciser s'il est suspendu avec ou sans salaire. Son niveau d'implication demeure inconnu.

Quant à Benoit Roberge, il est détenu depuis son arrestation au début d'octobre. Il est accusé de gangstérisme, d'abus de confiance, de même que d'entrave et tentative d'entrave au profit d'un gang. Il devrait revenir devant la cour le 21 novembre à Montréal pour connaître la date de son enquête sur remise en liberté provisoire.

Spécialiste du crime organisé, l'ex-policier Roberge aurait vendu des informations à un membre influent du chapitre des Nomads, René Charlebois. Ce dernier était détenu depuis l'opération Printemps 2001 visant les Hells Angels.

Bien qu'incarcéré, René Charlebois communiquait avec Benoit Roberge et une dizaine de ces conversations entre les deux hommes ont été enregistrées grâce à un complice de René Charlebois, un homme de 32 ans, de la région de Sorel. Le motard s'est évadé de l'établissement à sécurité minimum Montée Saint-François, où il était détenu depuis plus d'un an, le 14 septembre dernier. Les policiers l'ont toutefois retrouvé 12 jours plus tard près de Sorel-Tracy et il se serait suicidé à l'aide d'une arme à feu.

C'est à la suite de la découverte des enregistrements que la SQ a piégé Benoit Roberge. Il aurait offert 50 000 $ à un agent d'infiltration pour récupérer les enregistrements. La SQ a procédé à l'arrestation de Benoit Roberge, le 5 octobre dernier, au centre commercial Dix30 sur la Rive-Sud de Montréal. Il était alors en compagnie d'un membre proche de la mafia italienne.

Roberge avait pris sa retraite du SPVM peu de temps auparavant et travaillait pour Revenu Québec à titre de chef du renseignement de sécurité. Il a été congédié depuis.

PLUS:rc