NOUVELLES
11/11/2013 09:01 EST | Actualisé 11/01/2014 05:12 EST

Le Népal est paralysé par une grève organisée par l'opposition

KATMANDOU, Népal - Des militants de l'opposition népalaise ont incendié des voitures et contraint des commerces à fermer leurs portes lundi, paralysant essentiellement le pays et promettant d'interférer avec les élections de la semaine prochaine.

Le scrutin du 19 novembre représente seulement la deuxième élection nationale depuis la fin de la guerre civile au Népal en 2006, après dix ans de violences.

Ce vote est perçu comme une étape cruciale pour le Népal, un pays composé de 100 groupes ethniques et où le consensus politique est difficile à atteindre.

Une alliance de plusieurs partis d'opposition avait organisé la grève générale de lundi, qui devrait être suivie d'une grève de neuf jours dans les transports en commun pour nuire au déroulement du scrutin.

Les manifestants ont incendié six autocars et camions qui faisaient fi de l'ordre de grève. Une cinquantaine de personnes ont été arrêtées.

La plupart des écoles, des entreprises privées et des commerces ont fermé leurs portes pour ne pas être ciblés, tandis que des soldats et des policiers anti-émeute patrouillaient les rues.

Les fonctionnaires gouvernementaux ont été contraints de quitter leurs postes. Le seul aéroport international du pays, celui de Katmandou, fonctionnait normalement, mais les voyageurs devaient s'y rendre à pied avec leurs bagages.

L'élection de la semaine prochaine vise la formation de l'assemblée constituante qui rédigera une nouvelle Constitution. Une précédente assemblée, formée en 2008, avait échoué en raison de rivalités profondes.

L'alliance de partis d'opposition réclame la démission du gouvernement intérimaire, qui est en poste depuis moins d'un an, et la création d'un nouveau gouvernement au sein duquel seraient représentées toutes les formations politiques du pays.

PLUS:pc