NOUVELLES
10/11/2013 02:24 EST | Actualisé 09/01/2014 05:12 EST

Terminal de granules de bois : Arrimage Québec défend son projet

Malgré les pressions du maire Labeaume, la compagnie Arrimage Québec continue de défendre son projet de terminal de granules de bois dans le secteur de l'anse au Foulon. L'entreprise a tenu à rappeler dimanche après-midi qu'elle a obtenu le feu vert du Port de Québec afin de procéder aux travaux.

Arrimage Québec entend donc aller de l'avant avec le projet de deux énormes silos le long du boulevard Champlain, dont la construction a commencé depuis au moins trois semaines.

Johanne Lapointe, vice-présidente chez Arrimage Québec, a tenu à répéter que la compagnie respecte toutes les mesures de juridiction fédérale. Elle affirme aussi qu'elle a répondu à toutes les exigences dans le processus d'évaluation environnementale.

« Nous, notre position là-dedans, on l'a exprimée cette semaine et elle n'a pas changé. Il y avait un processus qu'on devait suivre pour la réalisation de ce projet-là et nous avons répondu à toutes les étapes du processus », a dit Johanne Lapointe.

« Ç'a abouti à ce qu'on obtienne le feu vert du Port de Québec. Alors, nous, on est encore dans la même position que nous étions : on a le feu vert pour procéder », a ajouté la vice-présidente d'Arrimage Québec.

La position de Labeaume bien accueillie

De leur côté, les opposants au projet ont accueilli favorablement les propos du maire Labeaume, qui a fait savoir samedi qu'il s'opposait, dans sa forme actuelle, à la construction du terminal de granules de bois.

C'est le cas de Véronique Lalande du groupe Initiative citoyenne Vigilance Port de Québec.

Celle qui surveille depuis des mois les activités du Port de Québec et de l'entreprise Arrimage Québec a dit être soulagée dimanche après-midi de la position du maire dans ce dossier.

Après avoir rencontré la direction du Port de Québec, Régis Labeaume a affirmé qu'un projet socialement acceptable devra être présenté à la population.

Selon Véronique Lalande, il ne fait aucun doute que les membres de la communauté, autant les citoyens, les groupes environnementaux que le maire, se positionnent contre le projet.

À l'instar de Régis Labeaume, Véronique Lalande demande à Arrimage Québec de refaire ses devoirs et de stopper carrément la construction du terminal.

Elle maintient que ce projet aura des répercussions négatives. « C'est un projet à impacts importants sur l'environnement et sur les communautés [...] Au niveau du bruit, au niveau de la poussière, mais aussi au niveau des risques d'incendie et de gaz », déplore-t-elle.

PLUS:rc