NOUVELLES
09/11/2013 05:49 EST | Actualisé 09/01/2014 05:12 EST

Le Rouge et Or encore vainqueur

PC

La suprématie québécoise du Rouge et Or est indéniable. L'Université Laval a défait les Carabins 14-11 au stade Telus pour mettre la main sur sa 11e Coupe Dunsmore d'affilée.

Un texte de Mathieu D'Amours

Et le Rouge et Or n'a eu besoin d'aucun majeur pour renverser son rival de l'autoroute 20, samedi! Deux placements de Boris Bede accompagnés de quatre touchés de sûreté ont suffi offensivement pour l'emporter.

Alors qu'on s'attendait à un duel défensif dès le départ, les deux équipes ont inscrit leurs premiers points dès le quart initial.

Bede, le meilleur botteur du circuit, a réussi un placement à la première possession du Rouge et Or. Les Carabins ont toutefois répliqué immédiatement avec le seul majeur de la rencontre. Sur une course de 15 verges, Manuel Crisi-Lauzon procurait une étonnante avance aux Carabins. Montréal menait 7-3 après seulement 6 minutes d'écoulées.

La défense lavalloise s'est ensuite ressaisie et resserrée pour freiner les ardeurs montréalaises. Les Carabins ont été tenus en échec jusqu'au troisième quart.

Entre-temps, le brio de Bede a permis au Rouge et Or de soutirer trois touchés de sûreté à son adversaire. Le botteur a de plus offert trois points supplémentaires avec un placement. Laval retournait au vestiaire avec les commandes 12-7.

Après la pause, Montréal a eu la chance de se rapprocher des champions en titre sur une tentative de placement. Mais Félix Ménard-Brière a raté son botté sur 29 verges et n'a pu récolter qu'un seul point.

Il s'est toutefois racheté par la suite avec une tentative réussie, cette fois, au milieu du troisième quart. Montréal se retrouvait à un seul point de Laval.

Avec un peu plus de deux minutes à jouer, le joueur de ligne défensive Vincent Desloges a réussi un sac du quart important, son troisième du match, pour frustrer davantage les Carabins. Desloges, véritable vedette défensive du match, est le seul à avoir atteint le quart Gabriel Cousineau du côté lavallois.

La défense du Rouge et Or a poursuivi son travail et s'est dressée pour saboter le travail de Cousineau, qui avait été préféré au quart Pierre-Luc Varhegyi par l'entraîneur Danny Maciocia.

Confiné dans sa zone sur le dernier jeu de la rencontre, Cousineau a tenté la bombe, mais celle-ci a été interceptée par Alex Hovington, ce qui assurait le titre au Rouge et Or.

Des fleurs et des pots

Pendant qu'on se félicitait de part et d'autre au terme des 60 minutes de jeu, les deux équipes ont relevé certaines lacunes respectives.

« On était nerveux. On n'était pas capable de finir nos poussées. C'était frustrant de ne pas pouvoir marquer de touché », a noté le receveur de passes de Laval Félix Faubert-Lussier.

« Je lève mon chapeau à notre attaque, a quant à lui lancé le joueur de ligne défensive montréalais David Ménard. La défense, on n'a pas accordé de touché, mais on n'aurait peut-être pu en faire plus pour limiter les points. »

« Il n'y a pas une chose en particulier qui nous a coûté la victoire. Si on avait mieux fait sur toutes les facettes, on serait sortis gagnants, a noté le quart Gabriel Cousineau, qui a amplement employé par son entraîneur. Il a réussi 21 passes en 40 tentatives pour des gains de 242 verges.

Son opposant, Alex Skinner, a terminé la rencontre avec le même nombre de verges gagnées, et une fiche de 15 en 25.

C'est au sol que le Rouge et Or s'est distancé de son adversaire avec 178 verges de gain, contre 33 seulement pour Montréal.

« C'était un match défensif. On a bien fait sur les unités spéciales. On aurait aimé marquer des points en attaque, mais la défense a bien joué et ça nous a fait gagner, a analysé le porteur de ballon du Rouge et Or Pascal Lochard.

« Je tiens à féliciter les Carabins. Ils nous ont donné tout un match. Sincèrement, en quatre ans, c'est la Coupe Dunsmore qui a été la plus difficilement gagnée », a conclu Lochard.

Prochaine étape : les Maritimes

Laval accède donc à la demi-finale de la Coupe Vanier. Les hommes de Glen Constantin voyageront vers le Nouveau-Brunswick samedi prochain pour y affronter les Mounties de l'Université Mount Allison.

« La Coupe Dunsmore, ça ne veut pas dire grand-chose. On s'entraîne pour la Coupe Vanier. Tant qu'on ne l'aura pas, je ne serai pas satisfait », a souligné le demi défensif Alexander Hovington.

Et les joueurs du Rouge et Or ont déjà promis à leurs partisans qu'ils seront de retour à Québec dans deux semaines, pour y disputer le match final au stade Télus.

(Avec la collaboration d'Antoine Deshaies)

INOLTRE SU HUFFPOST

Les 11 Coupes Dunsmore consécutives du Rouge et Or