Mindy Pollak, première juive hassidique à être élue au Québec à la mairie d'arrondissement d'Outremont

Publication: Mis à jour:
MINDY POLLACK
Radio-Canada
Imprimer

Mindy Pollak a réussi à se faire élire comme conseillère à la mairie d'arrondissement d'Outremont, à Montréal, sans avoir à serrer la main de la moitié des ses administrés. Mme Pollak est juive hassidique et sa croyance religieuse lui interdit de serrer la main des hommes qui ne sont pas de sa famille.

Pourtant, elle estime que les règles du judaïsme, qu'elle respecte strictement, ne l'empêchent pas de faire de la politique. « J'ai été élue, ça veut dire que les gens de mon district aimeraient que je les représente », a expliqué la nouvelle conseillère en entrevue à l'émission Après tout, c'est vendredi!, sur les ondes d'Ici Radio-Canada Télé. Elle avoue avoir demandé conseil à des membres de sa communauté, dont un rabbin, avant de prendre sa décision de se lancer en politique.

Mme Pollak, âgée de 24 ans, est la première femme juive hassidique à être élue au Québec. Son élection a été remarquée à Montréal, mais aussi dans le reste du Canada et en Israël, où le site du quotidien de référence Haaretz lui a consacré un article.

Des tensions sont apparues au cours des dernières années dans l'arrondissement d'Outremont, qui compte environ 25 % de juifs hassidiques. Certains citoyens ont dénoncé la construction de synagogues illégales ou les accommodements en matière de stationnement trop souvent accordés aux juifs orthodoxes lors des fêtes religieuses. « Les tensions dont on parle (...), on a l'impression que c'est vraiment un problème, que les gens ne s'entendent vraiment pas... La réalité est très différente de la perception », a minimisé Mme Pollak.

L'esthéticienne de formation explique qu'elle compte résoudre les problèmes intercommunautaires dans son quartier en utilisant le dialogue. Il faut dire qu'elle est très impliquée dans la communauté : elle a fondé l'association Les Amis de la rue Hutchison avec Leila Marshy, une de ses voisines d'origine palestinienne. Le but du regroupement est de rapprocher les différentes communautés qui cohabitent à Outremont.

Elle compte aussi discuter de l'encadrement des fêtes religieuses lors de son mandat. « Est-ce qu'on peut règlementer une fête religieuse? Est-ce qu'il y a des règlements qui visent Noël ou Pâques? C'est une bonne question ».

Aussi sur Le HuffPost:

Close
Les candidats à la mairie de Montréal s'amusent en campagne
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction