POLITIQUE
09/11/2013 01:00 EST | Actualisé 08/01/2014 05:12 EST

Les médecins spécialistes se positionnent contre la charte (VIDÉO)

Radio-Canada

La Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) s'oppose vigoureusement au projet de loi péquiste sur la charte des valeurs.

Si les dispositions du projet de loi 60 concernant les accommodements raisonnables sont pertinentes, l'interdiction des signes religieux dits ostentatoires chez les travailleurs du secteur de la santé est inacceptable aux yeux du président de la FMSQ, Gaétan Barrette.

« Nous, on trouve ça assez spécial de voir des infirmières qui vont se faire congédier, des secrétaires, des réceptionnistes, parce qu'elles portent un voile, alors que la problématique elle est dans les accommodements », s'est indigné M. Barrette samedi lors d'une entrevue accordée à Radio-Canada.

À son avis, le gouvernement de Pauline Marois aurait plutôt dû suivre les recommandations du rapport Bouchard-Taylor, ainsi que les conseils des anciens chefs du PQ qui se sont prononcés sur la question.

Les médecins ne sont pas des employés de l'État

Le président de la FMSQ a par ailleurs souligné à grand trait que les médecins sont des travailleurs autonomes et non des employés de l'État visés par le projet de loi. Les médecins spécialistes ne devraient donc pas être soumis aux dispositions de la charte, a-t-il martelé.

« Si le gouvernement veut faire une guerre là-dessus, on va la faire et on va aller aussi loin qu'il le faudra, incluant juridiquement », a affirmé Gaétan Barrette.

« Il n'est aucunement question de retirer le statut de travailleur autonome aux médecins », a réagi le ministre de la Santé, Réjean Hébert, en marge du conseil national du Parti québécois qui se déroule cette fin de semaine à Montréal. « Il faut que les médecins puissent respecter les règles qu'on se donne au Québec, en terme de valeurs et de laïcité. C'est un objectif du projet de loi », a-t-il toutefois ajouté.

Son collègue Bernard Drainville, qui pilote le dossier de la charte, a ajouté pour sa part que le Québec ne peut aspirer à faire la neutralité religieuse dans le domaine de la santé « sans demander aux médecins de faire leur part ».

Pour voir la réaction de Bernard Drainville:



VOIR AUSSI

Manifestation contre la charte des valeurs