NOUVELLES
09/11/2013 03:59 EST | Actualisé 09/01/2014 05:12 EST

Le second tour des présidentielles aux Maldives est reporté de six jours

MALE, Maldives - Le premier président des Maldives élu démocratiquement et le frère de l'ancien dictateur du pays se sont qualifiés pour un second tour, selon les résultats de l'élection présidentielle. Mais la Cour suprême a reporté ce second tour de six jours, plaçant ce pays, frappé par des troubles politiques depuis cinq ans, au seuil d'une crise constitutionnelle.

Mohamed Nasheed, qui a démissionné à titre de président de l'archipel de l'océan Indien l'an dernier, a récolté près de 47 pour cent du vote populaire lors du scrutin tenu samedi, pendant que Yaamin Abdul Gayoom, le frère du dictateur Maumoon Abdul Gayoom, au pouvoir durant 30 ans, tirait de l'arrière avec 30 pour cent.

Un troisième candidat, l'homme d'affaires Qasim Ibrahim, n'avait que 23 pour cent des voix. Il est donc automatiquement disqualifié d'un deuxième tour, nécessaire lorsqu'aucun des deux candidats recevant le plus d'appuis n'obtient une majorité de 50 pour cent.

Ce second tour devait avoir lieu dimanche, mais quelques heures plus tôt, la Cour suprême a statué en faveur d'une pétition déposée par un membre du Parti Jumhoory, que dirige M. Ibrahim, qui en a demandé le report parce que le temps manquait pour faire campagne ou bâtir des alliances.

La Cour suprême a fixé la date du second tour au 16 novembre, comme ce devait être le cas à l'origine avant que celle-ci ne soit avancée à dimanche à la suite d'une directive du président Mohamed Waheed Hassan, afin d'éviter une crise constitutionnelle.

Il ne s'agit pas du premier obstacle dans cette seconde élection présidentielle au pays.

Depuis septembre, deux tentatives de tenir un scrutin ont échoué en raison de questionnements sur la légitimité de la liste électorale préparée par la commission des élections.

Ce chaos a divisé les électeurs et isolé certains d'entre eux, en plus de menacer la jeune démocratie de l'archipel.

Le nouveau président des Maldives devra s'attaquer à rebâtir la confiance du public envers les institutions gouvernementales, le haut taux de chômage, un taux grandissant de dépendance aux drogues chez les jeunes et le transport reliant les îles les plus éloignées de l'archipel situé dans l'océan Indien.

PLUS:pc