NOUVELLES
08/11/2013 07:30 EST | Actualisé 08/01/2014 05:12 EST

Jamais trois sans quatre?

Henri Burris a frôlé les 5000 verges de gains aériens cette saison. Mais le quart le plus prolifique du circuit Cohon n'a pas su décocher de passe payante en trois matchs face aux Alouettes.

Un texte de Olivier Arbour-Masse Twitter Courriel

Les Montréalais (8-10) espèrent être aussi efficaces à l'occasion de la demi-finale de l'Est face aux Tiger-Cats (10-8), dimanche, à Guelph.

« Ça ne veut pas dire que ça va arriver une quatrième fois, tempère l'entraîneur et directeur général Jim Popp. Il est très dangereux et on s'est bien préparés à l'affronter. On espère que le plan sur lequel on a travaillé toute la semaine fonctionnera. »

Les Montréalais savent qu'ils doivent respecter le vétéran de 38 ans. Burris avait envoyé ses receveurs gambader dans la zone des buts des Alouettes à cinq reprises le 28 septembre 2012.

Mais c'était à une autre époque, celle où la défense des Alouettes constituait son maillon faible et non sa marque de commerce.

Cette saison, cinq membres de la brigade défensive se sont taillé une place sur l'équipe d'étoile de la Ligue canadienne. Toutefois, un de ceux-là, le demi défensif Billy Parker, ratera la rencontre, blessé.

Les Alouettes ont provoqué plus de revirements (56) que n'importe quelle autre équipe de la Ligue canadienne en plus de prendre le 2e rang pour les sacs du quart avec 59. Avec cette défense revampée, ils ont pu intercepter Burris trois fois en plus de le limiter à une moyenne de 148 verges de gain par match, bien loin de ses 273 verges habituelles.

Le monstre à trois têtes

Mais au dernier match entre les deux équipes, une défaite de 27-24 des Alouettes, les Tiger-Cats ont envoyé leurs trois quarts dans la mêlée.

« Ils n'avaient pas bien fait la semaine précédente contre nous (victoire de 36-5 des Alouettes) et ils ont voulu varier. Maintenant, on est prêt pour ça », fait valoir Marc-Olivier Brouillette.

Les quarts substituts ont surtout été appelés à porter le ballon, avec succès. Jeremiah Mansoli a obtenu 61 verges en 10 tentatives il y a deux semaines. Dan LeFevour a amassé 121 verges de gains en 17 courses. Il a été utilisé à chacun des trois matchs contre les Montréalais.

« Ils vont nous envoyer autre chose qu'on n'aura pas vu encore, relance Jerald Brown. On s'est concentré à resserrer notre jeu. Polir ce qu'on fait de bien, c'est tout ce qu'on contrôle. »

« Ça nous pratique pour Regina »

Les Alouettes n'ont pas été déclassés dans les deux matchs qu'ils ont perdu aux mains des Tiger-Cats, des défaites de 28-26 et de 27-24. Dans cette dernière, les hommes de Jim Popp ont bousillé une avance de 13 points au quatrième quart.

« C'est les petites choses qui seront importantes : les punitions et les revirements. Si tu gagnes ces batailles, tu gagnes 90% des matchs, estime Brouillette. On avait joué du bon football, mais on avait perdu dans ces deux catégories, c'est pour ça qu'on a perdu ces matchs. »

Le secondeur pourrait devoir s'acquitter d'un rôle de partant puisque Kyries Hebert est ennuyé par une blessure et on ignore toujours s'il sera en mesure de participer au match.

Brouillette est confiant que son équipe appliquera la recette du succès. Confiant au point d'avoir déjà dans sa mire le match de la coupe Grey, qui sera disputé en Saskatchewan le 24 novembre. En réaction au temps frisquet de vendredi, il a lancé : « ça nous pratique pour Regina ».

Mais afin d'atteindre cette destination finale, il y a un premier arrêt, à Guelph, dimanche.

PLUS:rc