NOUVELLES
07/11/2013 01:57 EST | Actualisé 07/01/2014 05:12 EST

Libre-échange avec l'UE: le NPD presse Ottawa sur le coût des médicaments

OTTAWA - Le ministre fédéral du Commerce international, Ed Fast, a indiqué jeudi qu'il ne dévoilerait pas des documents internes du gouvernement qui pourraient prédire une augmentation potentielle des coûts des médicaments pour les Canadiens en vertu de l'accord de libre-échange avec l'Europe.

Les néo-démocrates ont exhorté le ministre Fast à dévoiler ces documents durant son témoignage, jeudi, devant un comité de la Chambre des communes.

Le porte-parole du Nouveau Parti démocratique (NPD) en matière de commerce international, Don Davies, affirme que les Canadiens ont le droit de connaître ces informations pour évaluer l'accord de principe conclu le mois dernier entre le Canada et l'Union européenne.

M. Fast a fait valoir que le gouvernement n'allait pas divulguer ces informations, qui ne sont que des «hypothèses».

L'an dernier, Industrie Canada et Santé Canada ont examiné les effets de l'élargissement de la protection de brevets aux médicaments européens, et ont déterminé que cela pourrait faire augmenter les coûts des médicaments canadiens entre 795 millions $ et 1,95 milliard $ annuellement.

Un échange sur cette question entre MM. Fast et Davies a suscité des salves partisanes entre les deux hommes durant une rencontre du comité, tôt jeudi.

M. Davies a demandé à M. Fast s'il saisissait bien l'impact de l'entente commerciale sur les coûts des médicaments.

Le ministre du Commerce international s'est dit confiant de pouvoir prendre des mesures pour atténuer l'impact potentiel. Il a du même souffle «constaté que le NDP est anti-commerce».

Les propos de M. Fast font écho aux commentaires passés du premier ministre Stephen Harper sur le fait qu'Ottawa envisagerait des compensations pour les provinces si leurs coûts pour les médicaments devaient grimper en raison de l'entente. Le gouvernement maintient toutefois que les Canadiens ne constateront aucun impact de hausse des coûts pour au moins les huit prochaines années.

PLUS:pc