NOUVELLES
06/11/2013 07:32 EST | Actualisé 06/01/2014 05:12 EST

Un procès qui ternit la réputation du Bolchoï

À Moscou, le directeur artistique du Bolchoï, aspergé d'acide en janvier dernier, témoignait jeudi au procès des présumés auteurs de cette attaque. Sergueï Filine a dit qu'il ne pardonnerait à personne cette attaque qui l'a défiguré.

Le danseur étoile Pavel Dmitrichenko est l'un des accusés. Il a plaidé non coupable et risque 12 ans de prison.

Mais au-delà de ce procès, c'est toute la réputation du célèbre ballet russe qui sort ternie de cette histoire. L'attaque à l'acide du directeur artistique a choqué le très petit milieu de la danse classique.

Le procès très médiatisé de Pavel Dmitrichenko, soupçonné d'avoir commandité l'attaque, est l'occasion d'un grand déballage de linge sale en public.

Rivalités féroces, jalousie, favoritisme et corruption, il semble y avoir plus d'intrigues et de drames dans les coulisses du Bolchoï que sur la scène.

« C'est l'une des plus importantes compagnies de ballet au monde, dit Nastassia Astrasheuskaya, critique d'Art Info, et plus la rose est importante, plus les épines sont pointues. »

« Il y règne une atmosphère délétère », confirme Anastasia Volochkova, ex-première ballerine du Bolchoï.

Cette ancienne danseuse étoile du célèbre ballet le confirme, les places sont chères au Bolchoï, au sens littéral du terme.

« Pour y obtenir des rôles, il faut payer. Et les prix sont connus, dit-elle. Et à défaut d'argent, il faut avoir des relations intimes avec certains danseurs ou directeurs artistiques », ajoute l'ex-ballerine.

Les retombées de cette affaire auront un impact à long terme sur l'image du Bolchoï, croit la critique d'Art Info. « Le théâtre a surtout perdu son image magique de conte de fées, avec le Lac des cygnes et Casse-Noisette », dit-elle. Il est devenu beaucoup plus... terrestre. »

La nouvelle direction entend maintenant tourner la page sur ce chapitre sombre et se concentrer sur la nouvelle saison qui débute, la 238e. Personne à Moscou ne doute de la capacité de cette vénérable institution à redorer son blason avec le temps.

Après tout, ce n'est pas le premier scandale dans la longue histoire du Bolchoï.

Avec les informations de Jean-François Bélanger

PLUS:rc