NOUVELLES
06/11/2013 09:53 EST | Actualisé 06/01/2014 05:12 EST

Le nouveau maire de NY veut implanter rapidement son programme progressiste

NEW YORK, États-Unis - Le nouveau maire de New York, Bill de Blasio, a clairement démontré, au lendemain de sa victoire sans équivoque, son intention d'implanter rapidement son ambitieux programme pour la ville.

M. De Blasio, le premier maire démocrate élu dans la Grosse Pomme en plus de 20 ans, entend faire prendre un virage à gauche à cette mégapole, la plus densément peuplée des États-Unis.

Une majorité d'électeurs new-yorkais ont été séduits par la volonté de M. De Blasio de tourner la page sur les 12 années au pouvoir du milliardaire Michael Bloomberg, dont les politiques ont certes contribué à renforcer la sécurité et la prospérité de la ville, mais ont aussi creusé le fossé entre les plus fortunés et la classe moyenne.

Le nouveau maire, qui doit entrer en poste le 1er janvier, a déclaré que le «sprint de huit semaines pour préparer l'arrivée» de son administration à l'hôtel de ville débutait sans plus tarder.

En point de presse mercredi pour présenter la garde rapprochée de son équipe de transition, il a affirmé que les citoyens avaient parlé et qu'ils lui avaient donné le mandat clair de faire de New York une ville où les «tous ont les mêmes chances et où la richesse est partagée».

M. De Blasio s'est par ailleurs entretenu en tête-à-tête avec le maire sortant dans son bureau de la mairie, au sud de Manhattan. Il l'avait fréquemment critiqué pendant la campagne électorale, mais a préféré le remercier pour ses conseils, mercredi.

Il a déclaré devant des journalistes que M. Bloomberg et son équipe s'étaient «montrés à (sa) disposition et très positifs dans leur aide», se disant persuadé que la passation des pouvoirs se ferait aisément.

M. Bloomberg, qui s'est d'abord présenté sous la bannière républicaine avant de devenir indépendant, quitte ses fonctions après trois mandats, marqués entre autres par l'après-11 septembre 2001 et la crise financière mondiale.

Bien que les sondages démontrent que la majorité des New-Yorkais perçoivent d'un bon oeil le bilan du maire sortant, ils montrent également que la soif de changement est grande chez les citoyens.

L'un des facteurs ayant contribué à la victoire de M. De Blasio aura été son attention accordée aux autres quartiers de New York, laissés pour compte pendant le règne de l'administration Bloomberg, qui a concentré ses énergies sur l'île de Manhattan. Le nouveau maire a notamment promis d'améliorer les perspectives économiques, la qualité de vie et l'éducation dans les quartiers accueillant les minorités et la classe moyenne de New York.

La famille de M. De Blasio a joué un important rôle dans sa campagne électorale, son épouse afro-américaine et ses deux adolescents s'affichant publiquement à ses côtés à de nombreuses reprises.

Bien qu'il soit taxé d'idéalisme — entre autres en raison de son séjour aux côtés des sandinistes au Nicaragua pendant les années 1980 —, M. De Blasio est aussi capable de pragmatisme. Il a déjà travaillé pour Bill et Hillary Clinton et a promis de maintenir la sécurité économique et publique instaurée par l'administration Bloomberg.

PLUS:pc