DIVERTISSEMENT
06/11/2013 03:34 EST | Actualisé 06/01/2014 05:12 EST

«La quête du p'tit Roy» : Jasmin Roy lève le voile sur sa spiritualité (VIDÉO/ENTREVUE)

Trois ans après avoir dévoilé son passé d'intimidé dans le livre Osti de fif !, Jasmin Roy reprend la plume afin de partager sa quête spirituelle, de son enfance à aujourd'hui.

Les thématiques abordées dans le livre ratissent large : son enfance agnostique, son éveil spirituel, sa méfiance envers les charlatans, sa définition de Dieu, sa vision nuancée de l'échec, ses réflexions sur la nécessité d'être dépendants affectifs en tant que concitoyens, l'impermanence, la discipline mentale menant vers le bonheur, comment incarner sa spiritualité, le libre arbitre, le pardon, la compassion, le plaisir, le vide, le jugement des autres, l'autosatisfaction et plusieurs autres.

Dans un style simple et concis, évacuant toute forme de morale à cinq sous, Jasmin Roy survole plus de trois décennies de réflexion. En priorisant une spiritualité ancrée dans l'action, il garde une certaine distance des livres prêchant uniquement par la pensée positive.

«Oui, la pensée positive peut aider les gens à aller mieux, mais ça ne garantit rien. Je suis tanné de ça, j'ai souffert de ça. Quand on te dit "sois plus positif et visualise ce que tu veux", mais que ça n'arrive pas, on finit par se sentir coupable.»

L'auteur affirme avoir été comblé le jour où il a lu L'art du bonheur, un essai pratico-pratique coécrit par le Dalaï Lama et un psychanalyste.

«J'ai compris que la spiritualité ne se pratiquait pas seulement dans la méditation et la prière, mais qu'il existait plusieurs autres options très simples. Personnellement, le fait de relaxer sur le dos et de laisser retomber l'énergie m'aide énormément. Plusieurs études démontrent aussi que la lecture a à peu près les mêmes résultats que la méditation. Il faut arrêter d'ennoblir les mêmes méthodes sans arrêt.»

Les religions qui font du surplace

Dans son nouveau livre, Jasmin Roy critique l'immobilisme des religions traditionnelles et ne se gêne pas pour parler de sa jeunesse débordante de questions, de l'influence de la rupture de ses parents sur sa démarche spirituelle, du moment où il est « sorti de son corps » à l'adolescence, de tous les charlatans qu'il a rencontrés et des nombreux livres qui ont nourri sa recherche intérieure.

En entrevue, il souligne que La quête du p'tit Roy a été bien plus difficile à écrire que son livre précédent.

«Je ne voulais surtout pas que les gens me prennent pour un Dieu, parce que je ne suis pas parfait. Je suis tanné des gourous qui prétendent détenir LA vérité. Personnellement, j'aime lire les gens qui se questionnent et qui trouvent leurs solutions. Je me dis que si ça m'inspire, il doit y avoir des gens que mon livre va inspirer. Je ne demande pas qu'on m'imite et j'aime que les lecteurs ne soient pas d'accord avec tout. En fait, je souhaite que les gens soient autonomes dans leur recherche spirituelle.»

Affirmant que son point de vue sur la vie va probablement changer au cours des vingt prochaines années, Jasmin Roy est déjà bien positionné pour analyser le chemin parcouru depuis sa naissance.

«Quand j'étais enfant, Jésus me fascinait complètement. Je n'arrivais pas à concevoir qu'un être aussi parfait ait pu subir la violence humaine. Au début de la vingtaine, je croyais que la vie était beaucoup plus hostile qu'elle ne l'est en réalité. J'avais de la difficulté à être heureux pour les autres et à aller vers eux, probablement à cause de ce que j'ai vécu en tant qu'intimidé. À travers mes démarches spirituelles, j'ai réalisé qu'il y avait plus de bon monde que de mauvais et j'ai appris à voir la vie différemment.»

Jasmin Roy, politicien ?

Toujours aussi impliqué auprès des jeunes et constamment préoccupé par l'avenir de la société, Jasmin Roy ne dit pas non à un éventuel saut en politique, même si les rumeurs qui l'envoyaient dans le comté de Laval-des-Rapides aux prochaines élections provinciales n'ont rien de concret.

«J'ai été approché par les Libéraux et d'autres partis, même avant les dernières élections. Je n'ai jamais dit oui encore. Mais je pense que je pourrais apporter beaucoup en politique. J'ai été capable de créer un mouvement dans les écoles du Québec. Je pourrais travailler en arts et en éducation. Je prendrais des moyens différents pour faire changer les choses. Mais pour l'instant, je n'ai pris aucun engagement en politique et je ne dois rien à personne.»

La quête du p'tit Roy est en librairies depuis le 6 novembre 2013

Quelles séries regardez-vous en 2014?

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.