NOUVELLES
06/11/2013 04:55 EST | Actualisé 06/01/2014 05:12 EST

Droits humains en Iran: le président Hassan Rouhani, un modéré, est critiqué

NEW YORK, États-Unis - La lauréate du prix Nobel de la paix Shirin Ebadi a critiqué avec véhémence le bilan du nouveau président de l'Iran Hassan Rouhani en matière de droits de la personne, citant une hausse marquée du nombre d'exécutions au pays depuis son arrivée au pouvoir, en juin.

Mme Ebadi, qui a été en 2003 la toute première femme musulmane à remporter un Nobel de la paix, a aussi accusé le gouvernement iranien de mentir à propos de la libération de prisonniers politiques.

Selon elle, M. Rouhani a peut-être la réputation d'être un président modéré, mais il n'en demeure pas moins que son administration envoie de «bien mauvais signaux» en matière de droits humains.

Au cours des 10 derniers jours, 40 personnes ont été exécutées en Iran, parmi lesquelles se trouvaient des prisonniers politiques, a-t-elle souligné. Mme Ebadi a ajouté que depuis l'installation du président Rouhani, en août, le nombre d'exécutions a doublé par rapport à la même période l'an dernier.

Ses critiques mettent toutefois en lumière les limites du pouvoir présidentiel en Iran, où les affaires judiciaires et sécuritaires sont plutôt contrôlées par les autorités religieuses et les puissants Gardiens de la révolution.

Mme Ebadi a également souligné que le rassemblement anti-américain — qui s'est tenu lundi à Téhéran pour souligner l'anniversaire de la prise d'otages de diplomates américains en 1979 — démontrait qu'il était prématuré de faire des prédictions sur la présumée détente observée dans les relations entre les États-Unis et l'Iran depuis l'arrivée en poste du président Rouhani.

«Comment voulez-vous qu'il y ait un rapprochement avec l'Amérique lorsqu'ils agissent de la sorte», a-t-elle lancé, en référence aux dizaines de milliers de personnes qui ont défilé lundi en scandant «Mort à l'Amérique» et en brûlant des drapeaux des États-Unis.

Cette avocate de 66 ans spécialisée dans la défense des droits de la personne, qui s'est exilée aux États-Unis en 2009, a été récompensée d'un prix Nobel de la paix pour ses efforts dans la promotion de la démocratie.

PLUS:pc