NOUVELLES
06/11/2013 12:32 EST | Actualisé 06/01/2014 05:12 EST

Al-Jazira publie un rapport indiquant qu'Arafat a été empoisonné

JÉRUSALEM - Des scientifiques suisses ont découvert des preuves laissant croire que l'ancien leader palestinien Yasser Arafat pourrait avoir été empoisonné, a rapporté mercredi le réseau télévisé Al-Jazira.

La veuve de M. Arafat, Souha, a déclaré qu'il s'agissait d'un «crime atroce — atroce que de se débarrasser ainsi d'un grand leader», sans toutefois jeter le blâme sur qui que ce soit.

Les autorités palestiniennes accusent depuis longtemps Israël d'être responsable de la mort de l'ancien président de l'Autorité palestinienne, une accusation rejetée en bloc par le gouvernement israélien.

M. Arafat est mort dans un hôpital français en novembre 2004, mais la cause exacte de son décès n'a jamais été élucidée. Un mois avant sa mort, il était tombé gravement malade dans son quartier général assiégé par les forces israéliennes, à Ramallah, en Cisjordanie.

Des médecins français ont attribué sa mort à un violent accident vasculaire cérébral, ajoutant qu'il souffrait d'une coagulation intravasculaire disséminée. On ignore toutefois ce qui aurait pu entraîner ce trouble sanguin, qui peut s'expliquer par différents facteurs dont une infection ou une maladie du foie.

Les conclusions dévoilées mercredi dans ce rapport semblent les plus significatives à avoir été rapportées jusqu'à présent dans l'enquête initiée par Mme Arafat et le réseau Al-Jazira.

L'an dernier, l'Institut de radiophysique de la Suisse avait découvert des traces de polonium 210, un isotope radioactif mortel, sur certains objets ayant appartenu à M. Arafat. Des échantillons du sol et des os de l'ancien leader avaient ensuite été prélevés de sa tombe, en Cisjordanie.

Al-Jazira a mis en ligne, mercredi, le rapport de 178 pages du laboratoire suisse sur les résultats d'analyses de ces échantillons, et dans lequel on soutient «modérément l'hypothèse que la mort soit due à un empoisonnement au polonium 210».

Un comité palestinien qui mène aussi son enquête sur la cause de la mort de M. Arafat a reçu une copie du rapport, mais a refusé de commenter. Le président du comité, Tawfik Tirawi, a déclaré que leurs réactions seraient annoncées pendant une conférence de presse dans deux jours, et que l'Autorité palestinienne dévoilerait alors son plan d'action pour la suite des choses.

Le polonium est une substance rare et hautement toxique; moins d'un gramme de cette poudre grise est suffisante pour entraîner la mort.

En 2006, l'ex-espion du KGB russe Alexander Litvinenko est mort empoisonné à Londres après avoir bu du thé contenant du polonium.

PLUS:pc