NOUVELLES
05/11/2013 05:29 EST | Actualisé 05/01/2014 05:12 EST

L'ex-lanceur des Astros, Claude Raymond, s'attriste sur le sort de l'Astrodome

C'est avec un pincement au coeur que Claude Raymond a appris que l'Astrodome de Houston pourrait être démoli prochainement.

L'ex-lanceur s'alignait pour les Astros de Houston de la Ligue nationale de baseball lorsque le stade couvert, premier du genre au monde, a ouvert ses portes en 1965.

«Ça me fait mal au coeur», a admis le sympathique chroniqueur lorsque joint par La Presse Canadienne.

«J'ai joué durant 17 ans et j'ai passé 50 ans de ma vie dans le baseball professionnel, que ce soit à la radio, à la télé ou comme instructeur. J'en ai vu beaucoup de mes anciens stades qui ont été démolis. Ça tombe à gauche et à droite.

«Celui-là, c'était le plus beau, c'était la fierté de Houston, c'était la fierté des joueurs qui jouaient là. L'atmosphère qu'il y avait là-dedans, tu ne retrouvais ça nulle part ailleurs», a-t-il dit.

Les contribuables de Houston ont toutefois refusé mardi soir, par voie de référendum, de convertir l'Astrodome en centre des congrès. Le stade, ancien domicile des Astros et, plus tard, des Oilers de Houston de la Ligue nationale de football, est pratiquement abandonné depuis 1999 et des rénovations de plus de 217 millions $ sont requises pour le transformer. Ça signifie donc qu'il sera probablement démoli.

On est loin de son heure de gloire, dont se rappelle très bien Claude Raymond.

«On jouait de l'autre côté de la rue, dans le stade Colt en 1964 (les Astros, qui s'appelaient alors les Colt 45's, ont changé de nom en prenant possession de leur nouveau domicile). Quand nous sommes arrivés là en 1965, il y a eu tellement de beaux souvenirs là-dedans, de matchs inoubliables.

«C'était la première fois au baseball qu'il y avait des sièges rembourrés comme au théâtre. Chaque match était comme un défilé de mode. Les dames arrivaient avec leur fourrure, les hommes en veston et cravate. C'était une grande sortie.»

Samedi dernier, des milliers de personnes ont acheté les sièges, des pièces de la fameuse surface Astroturf et d'autres objets de l'Astrodome. Cette surface, Claude Raymond en a gardé un souvenir savoureux.

«En 1966, vu que le gazon ne poussait pas, ils mettaient du bran de scie vert dans le champ extérieur pour ne pas que ça paraisse. C'était plus mou que du gazon synthétique. En 1966, pendant la pause du match des étoiles, ils avaient installé du gazon synthétique à l'avant-champ et c'est ce qui s'est appelé l'Astroturf, le premier gazon synthétique pour le baseball et tous les autres sports par la suite. L'année d'après, ils ont fait le champ extérieur.»

La plus récente utilisation importante qui a été faite de l'Astrodome fut d'héberger des sinistrés de l'ouragan Katrina qui a ravagé la Louisiane voisine, en 2005.

Claude Raymond a porté les couleurs des White Sox de Chicago (1959), des Braves de Milwaukee (1961-1963), des Colt 45's et Astros de Houston (1964-1967), des Braves d'Atlanta (1967-1969) et des Expos de Montréal (1969-1971).

PLUS:pc