NOUVELLES
05/11/2013 04:51 EST | Actualisé 04/01/2014 05:12 EST

La sonde indienne Mangalyaan a décollé en direction de Mars

AP
The Polar Satellite Launch Vehicle (PSLV-C25) rocket lifts off carrying India's Mars spacecraft from the east coast island of Sriharikota, India, Tuesday, Nov. 5, 2013. India on Tuesday launched its first spacecraft bound for Mars, a complex mission that it hopes will demonstrate and advance technologies for space travel. The 1,350-kilogram (3,000-pound) Mangalyaan orbiter was headed first into an elliptical orbit around Earth, after which a series of technical maneuvers and short burns will raise its orbit before it slingshots toward Mars. (AP Photo/Arun Sankar K)

NEW DELHI - L'Inde espère devenir le premier pays d'Asie à atteindre la planète Mars.

Le lancement de la sonde Mangalyaan a eu lieu mardi matin grâce à la fusée PSLV XL, la plus puissante des fusées indiennes. Le décollage s'est fait d'une tour de lancement située sur une île de l'est de l'Inde, devant plusieurs centaines de personnes.

Le lancement a aussi été diffusé à la télévision.

Après 44 minutes, la sonde s'est séparée de son lanceur pour se mettre en orbite autour de la Terre. Différentes manoeuvres seront réalisées au cours des 20 ou 25 prochaines journées pour lui permettre d'être catapultée vers Mars.

La sonde de 1,3 tonne doit se mettre en orbite martienne en septembre 2014 après avoir parcouru environ 780 millions de kilomètres. Elle tentera ensuite de détecter la présence de méthane dans l'atmosphère de Mars qui accréditerait l'hypothèse d'une forme de vie primitive sur cette planète soeur de la Terre.

Seuls les États-Unis, la Russie et l'Europe ont réussi des missions vers Mars, une planète difficile à conquérir: sur 51 missions, à peine 21 ont réussi à s'y rendre.

En 2011, la première mission martienne tentée par la Chine, la grande rivale de l'Inde, a été un échec.

L'Organisation indienne de recherche spatiale (ISRO) espère réussir son pari avec une mission dont le coût n'est estimé qu'à 73 millions $ US, une fraction du prix habituel d'une mission vers Mars.

La facture fait néanmoins sourciller dans un pays de 1,2 milliard d'habitants qui est confronté à la pauvreté et à la faim. Le gouvernement a défendu cette mission, et son programme spatial de 1 milliard $ US, en soulignant l'importance de fournir des emplois sophistiqués aux scientifiques et aux ingénieurs, et en rappelant que cela peut permettre de régler des problèmes plus mondains.

Des dizaines d'années de recherches spatiales ont ainsi permis à l'Inde de mettre au point des satellites et des technologies de communication et de détection qui permettent, par exemple, de prédire où le poisson pourra être capturé et où frapperont les tempêtes.

«Ces missions sont importantes. Ce sont des choses qui apportent du bonheur aux Indiens et leur permettent d'être fiers, a dit Raghu Kalra, de l'Association des astronomes amateurs de Delhi. Même une personne pauvre, quand elle entend que son pays envoie une mission vers une autre planète, sera fier de son pays et voudra en faire un meilleur endroit.»

La sonde devrait passer au moins six mois en orbite autour de Mars.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les photos de la Nasa qui ont marqué 2012