NOUVELLES
05/11/2013 05:57 EST | Actualisé 05/01/2014 05:12 EST

HSBC sous enquête pour une possible manipulation des marchés de change

PA
File photo dated 03/08/09 of a general view of a branch of HSBC, one of seven banks subpoenaed in the US over possible Libor interest rate manipulation.

LONDRES - HSBC, la plus grande banque d'Europe par la capitalisation boursière, a vu ses profits augmenter de 23 pour cent sur une période de neuf mois, ayant bénéficié de revenus stables et de réduction de coûts.

Mais elle a aussi révélé qu'elle faisait partie de banques sous enquête pour une possible manipulation des marchés de change.

HSBC, qui bénéficie d'une forte présence en Asie, a déclaré que son bénéfice net avait grimpé à 13,5 milliards $ US pour les trois premiers trimestres, comparativement à 10,9 milliards $ US lors de la même période l'an dernier.

L'institution a souligné qu'elle avait réalisé de nouveaux progrès vers la simplification et la restructuration de ses activités, notamment en vendant ses activités au Panama.

La banque a aussi sabré quelque 40 000 emplois sur un effectif de 300 000 depuis 2011.

Son dirigeant Stuart Gulliver entrevoit des raisons d'être optimiste alors que la croissance se stabilise en Chine et qu'il y a une reprise aux États-Unis. Il s'attend à ce que la croissance du PIB en Amérique latine reste lente et que l'économie mexicaine prenne de la vigueur en 2014.

La société a également révélé que l'autorité des marchés financiers en Grande-Bretagne étudiait ses activités de transaction sur les marchés des changes.

Plusieurs banques ont déjà révélé qu'elles faisaient l'objet d'une enquête sur une éventuelle manipulation des transactions de devises. Parmi celles-ci figurent Citigroup, JPMorgan Chase & Co., Barclays, UBS et la Deutsche Bank.

La banque HSBC affirme qu'elle coopère avec les enquêtes qui en sont leur début.