POLITIQUE

Les sénateurs Brazeau, Duffy et Wallin seront suspendus sans salaire (VIDÉO)

05/11/2013 06:26 EST | Actualisé 05/01/2014 05:12 EST

Les trois sénateurs au coeur du scandale des dépenses injustifiées ont finalement été suspendus sans salaire. Patrick Brazeau, Mike Duffy et Pamela Wallin ont fait, tour à tour, l'objet de votes distincts, mardi soir.

En plus de se voir retirer leur revenu pour au moins deux ans, les trois sénateurs, tous nommés à la Chambre haute par Stephen Harper, n'ont plus accès aux ressources et aux services du Sénat. Ils conservent cependant leur assurance vie, leur assurance maladie et leur couverture dentaire.

Des trois, seul Mike Duffy était absent lors des votes pour des raisons de santé. Patrick Brazeau a rapidement quitté la Chambre haute après s'être opposé à son expulsion.

Pamela Wallin, qui s'est abstenue lors du vote, a déclaré à la sortie du Sénat qu'il s'agissait d'« une triste journée pour la démocratie ». « Si les règles de droit les plus élémentaires ne sont pas respectées au Canada, où le seront-elles? » a-t-elle lancé.

Le leader du gouvernement au Sénat, Claude Carignan, a été prompt à crier victoire après les votes. « L'inconduite de ces trois sénateurs nous dicte d'agir avec fermeté et c'est pourquoi nous avons pris cette décision. » Il a indiqué que d'autres sénateurs pourraient faire face à ce genre d'expulsion. « S'il y a d'autres gens qui ont eu le même type de comportement, on doit s'attendre à ce qu'ils aient le même type de sanctions. »

Dans un bref communiqué, le premier ministre Stephen Harper s'est également montré satisfait. « La suspension de ces trois sénateurs de la liste de paie du gouvernement était ce qu'il fallait faire. » Les conservateurs accusent au passage Justin Trudeau d'avoir voulu défendre les sénateurs fautifs. Plus tôt dans la journée le chef libéral avait recommandé à ses sénateurs de ne pas voter sur les suspensions, « Ce processus qu'a entamé M. Harper d'essayer d'expulser ces sénateurs ne va pas nous permettre à en savoir plus sur ce qui s'est passé », a-t-il expliqué. « Mais en même temps je ne crois pas que les sénateurs libéraux devraient défendre M. Duffy, Mme Wallin ou M. Brazeau. C'est pour ça que j'ai recommandé qu'on ne participe pas à la légitimisation du processus. »

Malaise au Sénat

Les sénateurs, autant libéraux que conservateurs, étaient divisés sur la question des suspensions, certains estimant que la démarche ne permettait pas aux trois membres visés de se défendre adéquatement.

Signe de ce malaise, plus d'une demi-douzaine de sénateurs conservateurs ont refusé de se lever pour appuyer chacune des motions ou étaient absents.

« C'est une sentence imposée sans possibilité d'appel » a réagi le conservateur Hugh Segal, qui s'est abstenu de voter. « Chaque membre a considéré ses options. J'ai beaucoup de respect pour eux, mais j'ai une opinion tout à fait différente. »

Le sénateur libéral Jim Cowan croit également que la démarche n'était pas juste. « Ç'a été conçu pour servir les fins politiques du premier ministre, qui voulait faire taire ces trois sénateurs pour éviter de nouvelles révélations qui pourraient entacher la crédibilité du premier ministre. »

Plusieurs sénateurs du Parti libéral ont ignoré la recommandation de Justin Trudeau de s'abstenir et ont voté formellement contre les suspensions.

Plus tôt mardi, la Chambre haute a rejeté un amendement libéral qui proposait de transférer l'affaire à un comité.

Résultats des votes

Suspension de Patrick Brazeau : 50 pour, 29 contre, 13 abstentions

Suspension de Mike Duffy : 52 pour, 28 contre, 11 abstentions

Suspension de Pamela Wallin : 52 pour, 27 contre, 12 abstentions

La fin du scandale?

Au Parlement, l'opposition n'a pas l'intention de lâcher le morceau. Mardi, M. Harper a été une fois de plus la cible de nombreuses questions au sujet de son implication dans cette histoire et de celle de son entourage. L'opposition l'accuse d'avoir voulu camoufler l'affaire.

Lundi, le réseau CBC a mis la main sur une lettre de la Gendarmerie royale du Canada indiquant que la police fédérale est à la recherche d'une série de courriels et de documents qui pourraient ajouter du poids aux allégations du sénateur Duffy sur le rôle qu'aurait pu jouer le bureau du premier ministre Harper dans le scandale des dépenses injustifiées.

La GRC poursuit ses enquêtes.

Avec les informations de Daniel Thibeault

À LIRE AUSSI

L'enquête sur Mike Duffy se rapproche du bureau de Harper

Les controverses du Sénat

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.