DIVERTISSEMENT
04/11/2013 11:42 EST | Actualisé 04/11/2013 11:43 EST

Les RIDM, rendez-vous incontournable des amoureux du docu (PHOTOS)

Courtoisie

Signe que l'automne est bien entamé? Les feuilles qui tombent bien évidemment, les vents qui écornent les bœufs, la pluie qui n'en finit plus. Mais heureusement, il y a aussi la déferlante de festivals de cinéma qui s'abat sur Montréal. Et un des plus pertinents demeure les Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM) qui se renouvellent année après année.

Pour cette 16e édition qui se déroulera du 13 au 24 novembre, le festival fait encore la belle place aux événements qui secouent notre planète. Ainsi, en ouverture, la cinéaste égyptienne Jehane Noujaim présentera The Square (Al Midan), un récit bouleversant sur la révolution de la Place Tahir qui a emporté au passage le dictateur Hosni Moubarak.

En compétition, d'autres sujets chauds notamment la crise économique abordée avec Vers Madrid de Sylvain George sur le mouvement des indignés en Espagne ainsi que les tensions raciales aux États-Unis (Let the fire burn de Jason Osder).

On pourra aussi voir des films acclamés à l'étranger comme E agora? Lembra-me de Joaquim Pinto (multi-récompensé à Locarno) ou Haricots rouges de Narimane Mari (primé à Marseille). Les RIDM font aussi le tour de la planète. Ainsi, le cinéphile fait une incursion sur une inquiétante île indienne (Char... The No Man's Island de Sourav Sarangi) ou au centre de la bouillonnante Mexico (Calle Lopez de Gerardo Barroso Alcala et Lisa Tillinger).

Les RIDM présentent aussi des histoires d'amour, celle qui ressurgit du passé (Belleville Baby de Mia Engberg), celle d'un jeune couple homosexuel (American Vagabond de Susanna Helke) ou d'une cinéaste pour un vieux peintre iranien (Fifi hurle de joie de Mitra Farahani).

En clôture, on pourra voir un film tendre sur le cercle des fermières qui s'intitule tout simplement Fermières de la réalisatrice québécoise Annie Saint-Pierre.

Plusieurs documentaristes québécois présenteront leurs œuvres lors de la compétition nationale notamment Alanis Obomsawin (Hi-Ho Mistahey), Julie Perron (Le semeur), Dominic Gagnon (Hoax_Canular), Dominic Leclerc (Alex marche à l'amour) ou Joseph Hillel (Ayiti Toma, au pays des vivants).

Il sera aussi possible de voir une rétrospective sur l'œuvre de deux grandes figures du cinéma québécois. De plus, il y aura une présentation spéciale de quatre courts métrages du regretté Michel Brault (Les raquetteurs, Québec-USA ou l'invasion pacifique, Les enfants du silence et Éloge du Chiac) ainsi que Mépris n'aura qu'un temps d'Arthur Lamothe.

Une autre rétrospective touchera Marcel Ophuls avec la présentation intégrale de son œuvre documentaire.

Au total, 135 films seront présentés lors du festival provenant de 43 pays. Il y aura 12 premières mondiales et internationales.

Pour plus de détails, cliquez ici.

EN IMAGES:

Quelques documentaires présentés aux RIDM

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.