NOUVELLES
04/11/2013 02:01 EST | Actualisé 04/01/2014 05:12 EST

Michel Arsenault ne se représentera pas à la présidence de la FTQ (VIDÉO)

Le président de la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ), Michel Arsenault, annonce qu'il ne sollicitera pas un nouveau mandat à la tête de la centrale syndicale lors des prochaines élections qui auront lieu au congrès de la FTQ, à la fin novembre.

En conférence de presse lundi, Michel Arsenault a expliqué qu'il avait pris cette décision en raison notamment de la « tempête médiatique » dont il est l'objet depuis des mois, à la suite des allégations à son sujet.

Considérant également le fait qu'il est aujourd'hui âgé de 63 ans, Michel Arsenault a expliqué aux journalistes qu'un nouveau mandat à la tête de la FTQ l'amènerait au-delà de 65 ans, ce qui est contre les principes de son syndicat, qui prône la retraite à 65 ans.

Michel Arsenault a ajouté que les choses qu'il vit ces derniers mois sont aussi très dures pour sa famille.

C'est donc pour toutes ces raisons que M. Arsenault compte aujourd'hui prendre une retraite qu'il considère paisible et de son propre aveu « bien méritée ».

« Je vous disais que les institutions passent avant les hommes. Moi je crois que le Fonds de solidarité de la FTQ et la FTQ sont dus pour un nouveau leadership. Mes intérêts personnels ne doivent pas passer avant les intérêts des institutions qu'on sert. » — Michel Arsenault, président de la FTQ

« J'ai servi la FTQ et le Fonds de solidarité FTQ au mieux de mes connaissances. Je suis fier de ces deux organisations, des talents, des compétences et de l'intégrité de leur personnel, ainsi que de la détermination inusable des militants et des militantes de nos syndicats affiliés », écrit par ailleurs Michel Arsenault, dans un communiqué publié lundi.

« Je ne peux refaire le passé. Cependant, je peux affirmer haut et fort que j'ai toujours servi les travailleurs et travailleuses du Québec avec droiture et loyauté. La relève est prête : je quitte donc la FTQ et le Fonds de solidarité l'esprit en paix », ajoute-t-il.

« Ma part est faite, je pars sans animosité envers personne, incluant la presse. » — Michel Arsenaullt, président de la FTQ

Il quitte serein ou presque

Bien qu'il affirme quitter la FTQ sans amertume, Michel Arsenault a vivement dénoncé l'utilisation d'enregistrements faits à son insu par la police dans le cadre des travaux de la commission Charbonneau.

Rappelant que les procureurs qui ont écouté ces enregistrements n'ont jamais porté aucune accusation contre lui, Michel Arsenault a déploré qu'il ne puisse avoir accès au contenu de ces enregistrements pour se défendre. Il s'agit selon lui ni plus ni moins qu'une violation de ses droits fondamentaux.

Quant à la commission Charbonneau, il se dit tout à fait prêt à y témoigner si on lui demande de le faire.

« Je vais vous faire une confidence... Pendant 40 ans j'ai pensé aux autres, maintenant je vais penser à moi et à ma famille. » — Michel Arsenault, président de la FTQ

La veille d'une comparution devant la Commission des finances publiques

Michel Arsenault, dont la gestion et la réélection étaient contestées au sein de la centrale syndicale, doit témoigner mardi devant la Commission des finances publiques à Québec, au sujet de la gouvernance du Fonds de solidarité FTQ. Le PDG du Fonds, Yvon Bolduc, comparaîtra à ses côtés.

L'ancien secrétaire-trésorier national du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), Claude Généreux, avait annoncé la semaine dernière qu'il se portait candidat à la présidence.

Certains membres affiliés à la FTQ, au sein de l'aile québécoise du Syndicat canadien de la fonction publique, étaient pour le départ de Michel Arsenault, en raison d'allégations l'ayant éclaboussé devant la commission Charbonneau concernant les liens du syndicat avec le crime organisé.

Par ailleurs, Radio-Canada a appris que Michel Arsenault a participé à des rencontres privées avec la chef du Parti québécois alors dans l'opposition, à une époque où le Fonds a investi dans l'entreprise que dirigeait alors le mari de Pauline Marois, Claude Blanchet.

Mme Marois a dit lundi qu'elle ne commenterait pas le départ de M. Arsenault.

Michel Arsenault avait été élu président de la FTQ pour un premier mandat en 2007, succédant à Henri Massé. Il avait été réélu au congrès de 2010. Il est aussi président du conseil d'administration du Fonds de solidarité de la FTQ.

INOLTRE SU HUFFPOST

La commission Charbonneau en bref