NOUVELLES
04/11/2013 11:58 EST | Actualisé 04/01/2014 05:12 EST

Les États-Unis et l'Union européenne reprennent leurs négociations de libre-échange

Les négociations de libre-échange entre les États-Unis et l'Union européenne reprendront à Bruxelles le 11 novembre, après avoir été reportées en raison de la fermeture partielle de l'administration américaine, qui a découlé de la paralysie budgétaire du gouvernement en octobre.

La deuxième étape des négociations, qui auraient dû initialement se tenir début octobre, sera cette fois l'occasion de discuter des « services, de l'investissement, de l'énergie et des matières premières, ainsi que des questions de régulation », a indiqué la représentation américaine au Commerce extérieur dans un communiqué.

Les négociations se tiendront jusqu'au 15 novembre, pour reprendre à la mi-décembre à Washington.

Elles risquent cependant d'être compliquées par les révélations sur l'ampleur de l'espionnage américain en Europe. Avant la première étape des négociations, en juillet, les pratiques de l'Agence nationale de sécurité américaine (NSA) avaient déjà déclenché une tempête diplomatique et menacées de faire dérailler les discussions.

Les négociations s'annoncent également difficiles sur le fond. La question de la protection des données privées sur Internet sera un des points en litige, ainsi que l'agriculture, qui avait été identifiée en juillet comme étant une « zone de divergence ».

Les pourparlers avaient également porté cet été sur les marchés publics, qui ne sont que partiellement ouverts à la concurrence aux États-Unis.

Un accord avec le Canada

Le mois dernier, le premier ministre du Canada, Stephen Harper, s'est rendu à Bruxelles pour annoncer, en compagnie du président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, la conclusion d'un accord de libre-échange avec l'Union européenne à la suite de négociations engagées en 2009.

L'entente dont les détails n'ont pas tous été dévoilés, doit être approuvée par le Parlement européen, les 28 pays membres de l'Union européenne, et au Canada, par les gouvernements fédéral et provinciaux. Le processus pourrait prendre environ deux ans.

PLUS:rc