NOUVELLES
04/11/2013 06:58 EST | Actualisé 04/01/2014 05:12 EST

Les combats entre les forces congolaises et les rebelles font quatre morts

KINSHASA, République Démocratique Du Congo - Au moins quatre personnes ont été tuées lundi quand des obus de mortier sont tombés sur un marché dans l'est du Congo, au moment où s'intensifiaient les combats entre les forces congolaises et les rebelles du groupe M23.

Les insurgés ont maintenant perdu près de la totalité de territoire qu'ils contrôlaient précédemment.

Le lieutenant-colonel Olivier Hamuli a expliqué à l'Associated Press que la ville de Bunagana a été frappée lors du jour du marché. Il a blâmé les rebelles du M23, même si leur chef les avait appelés dimanche à déposer les armes.

«Trois obus de mortier sont tombés dans l'est du Congo et un de l'autre côté de la frontière en Ouganda, a-t-il dit. Nous ne comprenons par pourquoi M23 a signé un cesser-le-feu seulement pour se foutre des civils.»

L'armée congolaise avait repris Bunagana, la dernière place-forte des insurgés, mercredi dernier, mais certains rebelles se terreraient maintenant dans la jungle. Lundi, M. Hamuli a révélé que l'armée avait aussi repris Mbuzi, une des trois collines contrôlées par M23.

L'intensification des combats a contraint des milliers de nouveaux Congolais à trouver refuge en Ouganda, selon des militaires et travailleurs humanitaires ougandais.

Le lieutenant-colonel Paddy Ankunda, porte-parole militaire supérieur de l'Ouganda, a déclaré lundi que l'Ouganda avait déployé des soldats et des chars à la frontière après que des projectiles eurent été tirés vers son pays depuis le Congo.

Le militaire a mentionné que l'Ouganda avait protesté auprès du gouvernement du Congo après que cinq personnes aient été blessées lors d'au moins deux incidents.

Pour sa part, Lucy Beck, porte-parole de l'Agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR) en Ouganda, a déclaré que la zone frontière de Bunagana était devenue trop dangereuse pour les réfugiés et les travailleurs humanitaires.

Les combats continuent malgré un appel lancé dimanche par le président du M23 en faveur d'un cessez-le-feu.

Les pourparlers de paix en Ouganda concernant l'amnistie envers les commandants rebelles seraient actuellement dans l'impasse.

PLUS:pc