DIVERTISSEMENT
04/11/2013 10:29 EST | Actualisé 04/01/2014 05:12 EST

La pièce «Frontières» à La Bordée : deux histoires, un même destin signé Isabelle Hubert

Nicola-Franck Vachon

Mise en scène par Jean-Sébastien Ouellette, la nouvelle création d'Isabelle Hubert, dramaturge de Québec, arrive sur les planches le 5 novembre au théâtre La Bordée. La pièce Frontières, le texte le plus ambitieux de la carrière de l'auteure, traite de l'immigration clandestine à travers le destin dédoublé du personnage de Paco, qui commence par l'éternelle question «Et si?».

Un choix déchirant

Comme plusieurs migrants d'Amérique latine, Telma et Paco rêvent de passer la frontière américaine à la recherche d'une vie meilleure. Mère et fils se promettent que quoi qu'il arrive, Paco poursuivra son chemin. Au saut d'un train, Telma se blesse et Paco doit choisir : continuer sa route et laisser sa mère derrière, ou abandonner le projet et rester à ses côtés?

C'est là le prologue de la pièce qu'a imaginée Isabelle Hubert, qui se divise en deux parties : «Sacrifice» et «Remords».

«Au départ, j'avais écrit seulement la partie sur le sacrifice et j'avais de la difficulté à la terminer. En discutant avec Jean-Sébastien Ouellette [son conjoint et metteur en scène], nous avons eu l'idée de faire plutôt deux pièces, en présentant les deux avenues.»

Ainsi, dans la première partie, Paco décide de sacrifier son rêve et de rester avec sa mère. Si la deuxième partie présente plutôt le choix inverse de Paco, les deux segments se rejoignent à la fin dans un épilogue commun. «C'était comme s'il y avait des choses inscrites dans le destin de Paco, des rencontres inéluctables, d'où la fin commune», explique l'auteure.

frontieres

Une pièce lourde de sens

Même si l'histoire est une pure invention d'Isabelle Hubert, la dramaturge s'est documentée sur l'immigration clandestine et la militarisation des frontières, notamment celle entre les États-Unis et le Mexique. Elle s'est aussi inspirée de la littérature latine et du folklore des pays latinos, comme la légende mexicaine de La Llorona, «la pleureuse».

L'action est campée dans un contexte géopolitique actuel, mais avec une touche de réalisme magique à la façon latine. «C'est une grande histoire réelle, à laquelle sont collées de petites histoires de fiction. Je voulais témoigner de la grande histoire, mais sans juger. Je préfère poser des questions plutôt qu'y répondre», confie la dramaturge.

Ainsi, le spectateur n'aura pas forcément de préférence ou de préjugé face au choix de Paco : Isabelle Hubert montre que si le sacrifice a des conséquences immédiates et tragiques sur les personnages, le remords, lui, est un poids à porter qui devient un sacrifice de la paix de l'âme. Le propos de la pièce semble dur, mais l'auteure ne voit pas cela comme une pièce triste.

«Ma conclusion est à mi-chemin entre l'absence d'espoir et la fin heureuse. Je crois que ça fait du bien de se faire brasser par l'art une fois de temps en temps.»

Frontières prend l'affiche au théâtre La Bordée du 5 au 30 novembre.

http://www.bordee.qc.ca

Quelles séries regardez-vous en 2014?

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.