NOUVELLES
04/11/2013 03:47 EST | Actualisé 03/01/2014 05:12 EST

David Lemelin reste à la tête de Démocratie Québec

David Lemelin demeure chef de Démocratie Québec au lendemain de sa double défaite aux élections municipales. Les candidats se sont réunis lundi matin pour parler de l'avenir du parti, qui n'a fait élire que trois candidats dimanche soir.

Au sortir de sa rencontre avec les membres de son équipe, David Lemelin a fait savoir qu'il n'y a pas d'urgence à agir. « C'est la première chose que j'ai dite ce matin. Pas de décision précipitée. On prend notre temps. C'est important les étapes qui s'en viennent. Il faut qu'on construise le parti. Tout le monde a dit : "oui en effet" », a indiqué David Lemelin.

Le chef de la formation, qui a perdu tant à la mairie qu'au poste de conseiller, assure « que le moral des troupes est bon ».

David Lemelin s'était engagé à tenir une course à la direction, ou au moins un vote de confiance, au lendemain des élections, lorsque son parti a fusionné avec celui d'Anne Guérette. La conseillère du district du Cap-aux-Diamants insistait pour que le parti se prononce sur le choix du chef.

Cette course aura-t-elle lieu ? Pas avant le printemps prochain, croit Anne Guérette. « Le plus tôt serait le printemps 2014. Ce n'est pas demain matin, il n'y a rien qui presse », a-t-elle souligné, après avoir précisé son « intérêt » à se porter candidate.

« Le chef de Démocratie Québec, c'est David Lemelin, ça c'est clair pour nous », a pour sa part indiqué le nouvel élu Paul Shoiry en sortant de la réunion.

Le candidat défait, Patrick Paquet, verrait toutefois bien l'ancien maire de Sillery à la tête du parti. « Si on regarde ça rapidement, peut-être qu'en ce moment, effectivement, c'est l'homme de la situation », a-t-il confié avant d'aller rencontrer ses collègues.

Mais Patrick Paquet croit lui aussi qu'ils doivent prendre leur temps. « Je pense qu'une course à la direction trop rapide serait néfaste. Je pense qu'on devrait un peu la repousser pour savoir si on ne pourrait pas avoir quelqu'un de fort, de connu à Québec, qui dirait :  "je suis prêt" », a-t-il dit.

Chef de l'opposition ?

Puisque leur chef ne pourra pas faire son entrée à l'hôtel de ville, les trois élus de Démocratie Québec doivent maintenant déterminer lequel d'entre eux sera le chef de l'opposition. Aucun des trois n'a voulu indiquer si le poste les intéressait. « Ça appartient soit à Anne [Guérette], Yvon [Bussières] ou moi. On va se réunir, puis on va décider ça ensemble », a indiqué Paul Shoiry. Ils doivent avoir arrêté leur choix avant le prochain conseil municipal, le 18 novembre.

Anne Guérette voit d'un bon œil que le chef de l'opposition ne soit pas également le chef du parti, puisque sa tâche sera colossale. « Le chef de l'opposition devra bien jauger toutes les décisions par rapport à l'ensemble de la Ville de Québec. Alors, être chef du parti et être chef de l'opposition officielle dans les conditions dans lesquelles nous sommes, moi je pense que c'est préférable qu'il y est deux personnes. »

Par ailleurs, David Lemelin a précisé que le parti est en bonne santé financière au lendemain des élections. Tous les candidats de Démocratie Québec ont obtenu au moins 15 % des voix dimanche soir, ce qui leur permettra un remboursement de 70 % des dépenses électorales.

PLUS:rc