POLITIQUE
03/11/2013 06:44 EST | Actualisé 03/01/2014 05:12 EST

Hélicoptères Cyclone: la Défense nationale connaissait les problèmes depuis 2004

Flickr: Flyguy71

OTTAWA - Les évaluateurs de l'armée de l'air canadienne avaient lancé un avertissement, il y a environ dix ans, que l'hélicoptère CH-148 Cyclone pourrait se révéler inapte à répondre aux besoins en termes de performance mécanique, d'émission de bruits et de capacités à résister au brouillage électronique, a appris La Presse Canadienne.

Des rapports encore non divulgués de la Défense nationale, remontant à septembre 2004 et récemment examinés par La Presse Canadienne, citent une série d'inquiétudes concernant le plan de Sikorsky de convertir ses hélicoptères S-92 existants pour des missions maritimes et militaires.

Les évaluations très techniques ont été exécutées par une équipe de dizaines d'ingénieurs de l'armée de l'air avant que le premier ministre d'alors, Paul Martin, n'accorde le contrat évalué à l'époque à 1,8 milliard $.

Malgré ces inquiétudes et le fait que certains aspects du plan de Sikorsky avaient été déclarés «non conformes», le contrat a pu aller de l'avant en vertu de l'idée que l'entreprise pourrait surmonter les problèmes existants.

Ces signaux d'alarme, basés sur 475 critères d'évaluation, se sont révélés très efficaces pour identifier les principaux problèmes qui ont grevé et ultimement retardé le programme, et ce à un point tel que le gouvernement envisage désormais de l'annuler.

Selon Paul Jackson, un porte-parole du fabricant d'avions américain, le programme a néanmoins fortement progressé depuis les documents d'évaluation.

«Sikorsky a soit présenté des solutions, ou résolu entièrement tous les problèmes techniques stipulés dans les premiers rapports techniques», a-t-il dit par courriel.

La Défense n'a pas répondu à plusieurs questions transmises vendredi à propos des rapports techniques.

Le gouvernement Harper, qui examine d'autres modèles d'hélicoptères, devrait décider plus tard ce mois-ci s'il poursuit quand même le programme.

Les Cyclones devaient être fonctionnels en 2008, mais Sikorsky n'a livré que quelques appareils à des fins de tests.

Ottawa a toutefois refusé d'accepter ces hélicoptères, actuellement stationnés aux installations des Forces canadiennes à Shearwater, en Nouvelle-Écosse, puisqu'ils sont considérés comme «non conformes».

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.




INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques controverses du gouvernement Harper