NOUVELLES
03/11/2013 03:38 EST | Actualisé 02/01/2014 05:12 EST

Deux semaines sans nouvelles d'une Pussy Riot

Nadejda Tolokonnikova, l'une des deux jeunes femmes emprisonnées membres du groupe contestataire russe Pussy Riot, n'a donné aucun signe de vie depuis qu'elle a été transférée vers un nouveau camp, il y a deux semaines.

« Nous n'avons pas eu de nouvelles de Nadejda depuis treize jours, a déclaré son époux, Piotr Verzilov, samedi. Nous pensons que le service pénitentiaire a choisi cette méthode particulière pour la punir. »

La jeune femme aurait quitté le camp de travail n°14, le 22 octobre. Cette prison est située en Mordovie, à 600 km à l'est de Moscou.

Ce transfert a été ordonné après de Mme Tolokonnikova ait entrepris une grève de la faim pour attirer l'attention sur les menaces de mort qu'elle dit avoir reçue après avoir publié une lettre dénonçant ses conditions de détention et évoquant les goulags de l'ère soviétique.

M. Verzilov ne sait pas où sa femme se trouve. Il cite certaines sources qui prétendent l'avoir vue à Tcheliabinsk, le mois dernier.

L'administration pénitentiaire russe avait pourtant promis, le 18 octobre, que l'un des proches de la détenue serait informé de son nouveau lieu de détention « au plus tard 10 jours après son arrivée à cet endroit ».

Mme Tolokonnikova purge une peine de deux ans de pénitencier pour avoir célébré une « prière punk » contre le président russe Vladimir Poutine, l'an dernier, dans la cathédrale du Christ-Sauveur, à Moscou. Une autre membre du groupe est également incarcérée.

PLUS:rc