NOUVELLES

Des procureurs allemands peuvent auditionner Snowden en Russie

01/11/2013 12:08 EDT | Actualisé 01/01/2014 05:12 EST
AP
FILE - This Sunday, June 9, 2013 file photo provided by The Guardian Newspaper in London shows Edward Snowden, in Hong Kong. Snowden has left Moscow's Sheremetyevo airport and entered Russia his lawyer said on Thursday Aug. 1, 2013. (AP Photo/The Guardian, Glenn Greenwald and Laura Poitras, File)

Edward Snowden peut être auditionné par des procureurs allemands en Russie, où il est réfugié.

Un député de Bundestag, Hans-Christian Ströbele, a demandé à l'ancien consultant du renseignement américain d'être « témoin » dans l'affaire des écoutes de la chancelière Angela Merkel.

Depuis le mois d'août, Edward Snowden bénéficie du statut de réfugié et devait commencer à travailler ce vendredi pour un important site internet dont le nom n'a pas été révélé.

Anatoli Koutcherena, l'avocat d'Edward Snowden  a expliqué que son client ne pouvait pas se rendre en Allemagne sous peine de perdre son statut de réfugié.

« Dans le cadre des accords internationaux, Snowden peut témoigner en Russie, mais c'est aux autorités allemandes de décider », a-t-il précisé à la radio Echo de Moscou.

Cette déclaration intervient au moment où le ministre allemand de l'Intérieur, Hans-Peter Friedrich, se dit « prêt à écouter » le fugitif américain.

La veille, M. Snowden a rencontré dans un lieu secret le député écologiste allemand Hans-Christian Ströbele, accompagné de deux journalistes.

Edward Snowden a « montré qu'il savait beaucoup de choses », a souligné l'élu allemand.

Pour l'heure, les autorités russes se refusent à tout commentaire. Le président Poutine avait pourtant posé une condition à M. Snowden avant de lui accorder le refuge : cesser ses révélations susceptibles de « nuire aux États-Unis ».

Les révélations d'Edward Snowden depuis plusieurs mois à partir de documents confidentiels de l'agence de renseignement sur les activités d'espionnage de l'Agence de sécurité nationale américaine ( NSA ) ont créé une véritable tempête au sein des services de renseignements américains et les gouvernements de plusieurs pays notamment en Europe.

L'administration américaine est depuis dans une posture peu enviable et en proie aux moqueries. L'agence Chine nouvelle a estimé vendredi que les États-Unis risquaient de nuire à leur propre sécurité en espionnant sans discernement jusqu'à leurs propres alliés à la manière d'un « aspirateur ».

Dans une interview accordée à Reuters,  le premier ministre russe Dmitri Medvedev s'est dit surpris de « l'absolu cynisme » de la NSA.

 

À LIRE AUSSI

Surveillance du téléphone d'Angela Merkel: Snowden serait prêt à aider l'Allemagne

INOLTRE SU HUFFPOST

Les détournements de l'affaire PRISM