NOUVELLES

Fin d'une longue attente à Bishop's

01/11/2013 09:32 EDT | Actualisé 01/01/2014 05:12 EST

Qui se souvient de ce qu'il faisait le 12 novembre 1994? Probablement peu de gens.

Un lock-out frappait la LNH et l'oubliable classique « I'll make Love to you » du groupe Boyz II Men trônait au sommet du Billboard. Pas un grand cru, on s'entend.

En Estrie, à Lennoxville plus précisément, c'est à cette date que les Gaiters de Bishop's ont accueilli leur dernier match éliminatoire au Coulter Field.

Surprenants vainqueurs de la Coupe Dunsmore contre les Redmen de McGill, les Gaiters s'étaient inclinés 41-24 devant les Mustangs de l'Université Western dans le cadre de la Coupe Churchill, un trophée qui n'est plus attribué depuis 2002.

Un long préambule pour illustrer à quel point ça fait longtemps que l'Université Bishop's attend le match de samedi contre les Carabins. Pour être précis, ça fait 6930 jours.

« On a travaillé tellement fort pour mériter un match à domicile, il n'y a pas de danger qu'on prenne les Carabins à la légère. On ne sera pas satisfait de jouer un seul match, on doit être concentré pour battre une excellente équipe. »

« Notre communauté qui nous encourage depuis des années le mérite aussi. Et on doit le dire, nos joueurs seront beaucoup plus confortables dans leur routine ici qu'au Cepsum. »

Les Gaiters et leur vingtaine de finissants n'ont pas volé cet avantage du terrain avec une convaincante saison de six victoires et deux revers.

Menés par leur brillant quart-arrière et leur contingent de receveurs de passes, les Gaiters mènent la ligue avec une moyenne de 507 verges d'attaque par match. Ils sont 2es, derrière le Rouge et Or, avec une moyenne de 32,5 points par match.

Ils n'ont subi que deux défaites, dont un revers de 44-18 contre les Carabins en début de saison.

Le quart Jordan Heather, nommé sur l'équipe d'étoiles québécoises, joue la carte de l'humilité.

« Je reçois les honneurs, mais c'est véritablement un travail d'équipe. L'attaque au complet a bien joué cette année. »

« Je suis confiant qu'on peut marquer des points contre les Carabins, ajoute Heather. Ce sera à notre défense de faire la différence. Je sais qu'elle peut le faire. »

Les Gaiters forment une équipe arrivée à maturité, au sommet d'un cycle de recrutement. L'occasion d'aller loin pourrait ne pas repasser avant un petit bout sur le terrain des Mauves.

L'entraîneur Kevin Mackey le rappellera sans doute à ses joueurs.

Les Carabins veulent rebondir

Les Carabins étaient à 11 minutes du 2e rang samedi dernier. La troupe de Dany Maciocia menait 11-3 au quatrième quart contre le Rouge et Or avant d'être marquée au fer rouge d'un revers de 30-11 contre Laval.

« On n'avait peut-être pas le meilleur état d'esprit au quatrième quart, mais on est passé à autre chose, confie l'ailier défensif David Ménard. On aurait aimé jouer le prochain match à la maison, mais au final, ça ne change rien. C'est "gagne ou meurt". »

La défense des Carabins a vu sept de ses partants être nommés au sein de l'équipe d'étoile. Une statistique qui n'allégera en rien le fardeau des Bleus devant l'attaque des Gaiters.

« L'attaque aérienne les a fait gagner toute l'année, on s'attend beaucoup à ça samedi, explique Ménard. Ils ont de très gros joueurs de ligne, ce sera une bonne bagarre pour se rendre au quart-arrière le plus rapidement possible. »

Beaucoup de pression, donc, sur la défense montréalaise. Mais aussi sur l'attaque qui a connu une saison en dents de scie.

« On veut établir notre jeu au sol, c'est primordial quand tu affrontes une bonne attaque, confie le coordonnateur offensif Marco Iadeluca. Il ne faut pas nécessairement marquer une tonne de points, mais en contrôlant le temps de possession, on garde leur attaque sur les lignes de touche. »

« On n'est pas une bonne équipe quand nos quarts doivent lancer 35 ou 40 ballons », ajoute Iadeluca.

Reste que l'attaque aérienne devra aussi collaborer. Le jeune quart Pierre-Luc Varhegyi progresse, mais l'entraîneur espère plus de constance encore.

« Il doit être plus efficace lors des jeux faciles, précise Iadeluca. On considère qu'au cours des derniers matchs, lors de plusieurs situations de deuxième essai et 4 ou 5 (verges), des situations presque données, notre exécution a fait défaut. Nous devons être meilleurs. »

Le porteur Rotrand Sené, qui s'est blessé contre les Gaiters plus tôt en saison, n'est toujours pas remis de sa blessure au genou et sera encore contraint à l'inactivité samedi.

PLUS:rc