NOUVELLES

La neutralité de l'État, un enjeu au-delà de la couleur politique, estime Fatima Houda-Pepin

01/11/2013 03:13 EDT | Actualisé 01/11/2013 04:14 EDT
SRC

La députée libérale Fatima Houda-Pepin a de nouveau promis vendredi qu'elle réagira à la Charte des valeurs québécoises du gouvernement de Pauline Marois lorsqu'un projet de loi aura été déposé.

Entre-temps, Mme Houda-Pepin a estimé qu'il y avait eu « dérive » dans le débat qui anime le Québec depuis plusieurs semaines, décrivant l'atmosphère actuelle comme le « brouhaha le plus complet ».

« Je n'ai pas envie de rajouter une couche sur la dérive de ce débat, a-t-elle dit. Pour moi, ce sont des questions fondamentales, il faudrait les prendre avec beaucoup de sérieux. »

« J'ai une réflexion de faite depuis bien longtemps sur cette question-là. J'ai hâte de la partager avec les citoyens et les citoyennes du Québec. Je le ferai au moment opportun », a déclaré la députée de La Pinière.

« La neutralité religieuse de l'État, c'est un enjeu de société, ce n'est pas un enjeu de parti. »

— La députée Fatima Houda-Pepin

Quant à la position déjà exprimée par son parti, qui s'oppose à l'interdiction du port de signes religieux ostentatoires par les employés de l'État, Mme Houda-Pepin a laissé entendre qu'elle s'exprimerait en son nom. « Je n'ai jamais fait de partisanerie politique sur un sujet aussi important que celui-là », a-t-elle résumé.

Plus tôt vendredi, le ministre de la Justice du Québec, Bertrand St-Arnaud, a indiqué que le gouvernement ne rendrait pas publics les avis juridiques portant sur son projet de charte des valeurs.

À lire et à écouter aussi : Immigration et religion, ce que Fatima Houda-Pepin disait en 2005 et 2006.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.




INOLTRE SU HUFFPOST

La charte des valeurs vue par Twitter
Manifestation contre la charte des valeurs