NOUVELLES

La Syrie a terminé la destruction de son équipement de production d'armes chimiques

31/10/2013 06:42 EDT | Actualisé 31/12/2013 05:12 EST
Getty
A United Nations vehicle carrying inspectors from the Organisation for the Prohibition of Chemical Weapons (OPCW) leaves a hotel in Damascus on October 11, 2013. The watchdog now overseeing the destruction of Syria's chemical arsenal won the Nobel Peace Prize for its efforts to rid the world of the devastating weapons. AFP PHOTO / JIANG TIEYING (Photo credit should read JIANG TIEYING/AFP/Getty Images)

LA HAYE, Pays-Bas - La Syrie a achevé la destruction de son équipement destiné à la production d'armes chimiques.

L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) en a fait l'annonce jeudi, à un jour de la date butoir du 1er novembre qu'elle avait fixée.

La Syrie devait détruire ou rendre inopérables toutes les installations de fabrication d'armes chimiques et les machines servant au mélange des produits chimiques et au remplissage des munitions.

La Syrie ne peut donc plus produire de nouvelles armes chimiques.

Toutefois, Damas doit encore commencer la destruction des armes et des stocks existants.

La Syrie est soupçonnée de posséder près de 1000 tonnes métriques de produits chimiques et d'armes, y compris le gaz moutarde et le sarin.

Dans un communiqué, l'organisation basée à La Haye aux Pays-Bas a assuré que son équipe avait vérifié que la Syrie avait bel et bien détruit son équipement et a exprimé sa satisfaction.

Aucune autre activité d'inspection n'est actuellement prévue.

Plus tôt cette semaine, les inspecteurs avaient indiqué avoir visité 21 des 23 sites dévoilés par Damas. Ils avaient été incapables de visiter les deux derniers sites en raison de problèmes de sécurité, selon les inspecteurs.

Jeudi, l'OIAC a indiqué que, selon la Syrie, ces deux sites sont «abandonnés et (...) les éléments du programme d'armes chimiques qu'ils contenaient ont été déplacés vers d'autres sites déclarés qui ont été inspectés».

La Syrie a soumis un plan de destruction complète de son arsenal chimique qui doit encore être approuvé, le mois prochain, par le comité exécutif de l'OIAC.

Par ailleurs, l'Observatoire syrien des droits de la personne, à Londres, a affirmé jeudi que plus de 120 000 personnes ont été tuées depuis le début de la guerre civile il y a près de trois ans.

L'observatoire évoque plus de 61 000 civils tués, dont 6300 enfants. Près de 30 000 soldats, 18 000 miliciens pro-gouvernementaux et 190 combattants du Hezbollah libanais ont aussi perdu la vie.

On compterait également parmi les victimes 2200 transfuges de l'armée et 5375 militants de l'opposition, dont plusieurs étrangers.

Enfin, la Pologne a annoncé que le photographe de presse Marcin Suder, qui avait été kidnappé en Syrie en juillet, est de retour au pays après avoir faussé compagnie à ses ravisseurs.

INOLTRE SU HUFFPOST

Dear World: des réfugiés syriens adressent des messages au monde