NOUVELLES

Sebastian Vettel n'entend pas lever le pied même s'il a le titre en poche

31/10/2013 09:26 EDT | Actualisé 31/12/2013 05:12 EST

ABU DHABI, Émirats arabes unis - Le champion du monde Sebastian Vettel s'est esclaffé quand on a laissé entendre qu'il n'avait plus rien à gagner au cours des trois dernières courses de la saison, et il a dit avoir l'intention de tout donner afin de tenter de signer une septième victoire d'affilée à l'occasion du Grand Prix d'Abu Dhabi.

Vettel s'est assuré du premier rang au classement des pilotes de la F1 au Grand Prix d'Inde, alors qu'il est devenu le plus jeune quadruple champion de l'histoire. Il s'est ensuite permis de célébrer un peu, dimanche, avant de se concentrer sur la course de ce week-end à Abu Dhabi — là où il a remporté la première présentation de cette course en 2009 et empoché son premier titre un an plus tard.

«C'était une grande sensation. Nous nous sommes amusés un peu au bar de l'hôtel, a dit l'Allemand de la célébration. C'était bien de retrouver ma sobriété après l'Inde et de me préparer pour ici.»

Le pilote de 26 ans est à ce point perfectionniste qu'il continuera d'être exigeant envers lui-même jusqu'à la fin de la saison.

«Nous n'aborderons pas le week-end comme s'il n'y avait rien à gagner, a déclaré Vettel, jeudi. Nous adorons notre métier et prenons plaisir au défi, et c'est pourquoi nous ne nous posons même pas la question en ce qui concerne les raisons de notre présence ici et ce que nous avons à faire.

«Nous voulons livrer la compétition la plus féroce possible à nos adversaires.»

Red Bull a déjà le championnat des constructeurs en poche et a une énorme avance de 157 points sur Mercedes. Mais cela importe peu à Vettel.

«J'ai besoin de l'équipe et l'équipe a besoin que Mark Webber et moi poussent la voiture à la limite», a-t-il dit en faisant allusion à son coéquipier chez Red Bull.

Derrière Vettel et Red Bull, il y aura autant de courses pour la deuxième place.

Le pilote Ferrari Fernando Alonso a 207 points et a une avance de 24 points sur Kimi Raikkonen, détenteur de la troisième place.

«Il faut être réaliste, sachant que nous n'avons pas eu la chance cette année de lutter pour le championnat, a noté Alonso. Nous étions un peu plus proches en début d'année. Mais nous n'étions tout simplement pas assez rapides. Nous luttons maintenant pour atteindre d'autres cibles.»

Le pilote britannique Lewis Hamilton semble trop loin avec 169 points au quatrième rang, mais il devra bien faire pour aider Mercedes à finir deuxième au championnat des constructeurs.

Mercedes, avec 313 points, et Ferrari, avec 309, sont tout près tandis que Lotus a 285 points.

Après un difficile début de saison, Romain Grosjean (Lotus) tentera d'ailleurs de décrocher un quatrième podium de suite, dimanche.

Hamilton, lui, semblait en position de défier Vettel quand il a remporté le Grand Prix de Hongrie à la fin du mois de juillet, mais ses espoirs de rafler un deuxième titre en F1 se sont évanouis depuis.

Pendant que Vettel remportait chacune des six courses disputées après la pause de la mi-saison, Hamilton a seulement terminé troisième une fois.

«(Red Bull) a élevé la barre et tous les autres doivent simplement travailler plus fort, a commenté Hamilton. Il y a toujours plusieurs aspects qu'on peut améliorer, tant de mon côté que pour l'équipe. Si nous arrivons à le faire, cela fera moins d'aspects négatifs à régler l'an prochain.»

Comme d'habitude, on a demandé à Alonso s'il est toujours heureux chez Ferrari. Des tensions entre la direction et lui ont fait surface à la suite du Grand Prix de Hongrie.

«C'est fantastique, évidemment chaque week-end je répète la même chose. Alors, j'imagine qu'à Austin la première question en conférence de presse sera 'Comment va ma relation avec l'équipe', a lancé Alonso. C'était parfait, c'est parfaite et ce sera parfait.»

PLUS:pc