BIEN-ÊTRE

Une nouvelle espèce de dauphin identifiée en Australie

31/10/2013 10:30 EDT | Actualisé 31/12/2013 05:12 EST
Wildlife Conservation Society/Guido Parra

Une nouvelle espèce de dauphin à bosse vivant au nord de l'Australie a été identifiée par une équipe internationale de scientifiques dirigée par la Wildlife Conservation Society.

Cette découverte a été réalisée à la suite d'un important processus d'analyses et de comparaisons biogénétiques.

Les chercheurs ont ainsi autopsié près de 200 dauphins morts et ont comparé les données génétiques et morphologiques recueillies avec ceux de dauphins à bosse vivant dans les océans Atlantique, Indien et Indo-Pacifique, sur lesquels avaient été effectuées des biopsies.

Les chercheurs ont ensuite étudié le bec et la dentition des bêtes à la lumière des relevés disponibles sur 180 crânes de spécimens de musée ou d'animaux échoués. Ils ont aussi décrypté l'ADN de 235 dauphins.

Ce travail a permis d'identifier une nouvelle espèce de dauphin à bosse fréquemment rencontrée dans les eaux du nord de l'Australie.

L'analyse des tissus montre donc une distinction génétique par rapport aux espèces de dauphins à bosse vivant dans les océans Atlantique, Indien et Indo-Pacifique.

Les biologistes soupçonnaient l'existence d'espèces distinctes dans les eaux australiennes sans toutefois l'avoir démontré.

La Wildlife Conservation Society estime qu'il s'agit d'une découverte d'importance puisque l'identification d'une nouvelle espèce de mammifère est rare.

Une demande formelle de dénomination d'une nouvelle espèce auprès de la Commission internationale de la nomenclature zoologique sera bientôt présentée.

Outre ce dauphin australien qu'il reste à nommer, les scientifiques proposent la reconnaissance du dauphin à bosse de l'océan Indien (Sousa plumbea), le dauphin à bosse de l'Indo-Pacifique ou dauphin blanc de Chine (Sousa Chinensis) et le dauphin à bosse de l'Atlantique ou dauphin du Cameroun (Sousa teuszii).

Ces deux dernières espèces sont considérées comme menacées à cause de la perte d'habitat et de la pêche.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Molecular Ecology.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les 100 espèces les plus menacées dans le monde